Curtiss P-40b Warhawk Flying tigers

Curtiss P-40b.rar
Archive de donnée comprimée 12.4 MB

North American P-51D Mustang IV.

P-51D mustang IV.rar
Archive de donnée comprimée 11.8 MB

Republic P-47C Thunderbolt with Razorback canopy

P-47C Thunderbolt.rar
Archive de donnée comprimée 8.6 MB

de Havilland DH.98 Mosquito

Mosquito  FB.VI version de chasseur-bombardier polyvalent.
Mosquito FB.VI version of multi-role fighter-bomber.

mosquito jabo.rar
Archive de donnée comprimée 4.8 MB

Mosquito PR Mk I de  reconnaissance photographique.
Voir le lien ( en Français) ici....
http://fr.wikipedia.org/wiki/De_Havilland_DH.98_Mosquito

Mosquito PR Mk I photographic reconnaissance.
See the link (in english) here ....
http://en.wikipedia.org/wiki/De_Havilland_Mosquito

mosquito reco photo.rar
Archive de donnée comprimée 4.6 MB
mosquito low poly.rar
Archive de donnée comprimée 1.3 MB
mosquito low poly flying.rar
Archive de donnée comprimée 441.3 KB

de Havilland DH.110 Sea Vixen

voir le lien (en Français ) ici......
http://fr.wikipedia.org/wiki/De_Havilland_Sea_Vixen

see the link (in English) here .....
http://en.wikipedia.org/wiki/De_Havilland_Sea_Vixen

De Havilland Sea Vixen.rar
Archive de donnée comprimée 6.9 MB

de Havilland DH.100 Vampire et Mistral

La France utilisa ses Vampire et Mistral construits sous licence en France (247 exemplaires) pendant la guerre d'Algérie (1954-1962).
voir le lien (en Français ) ici......
http://fr.wikipedia.org/wiki/De_Havilland_Vampire

France uses the Vampire and Mistral  built under license in France (247 copies) during the war in Algeria (1954-1962).
see the link (en English) here .....
http://en.wikipedia.org/wiki/De_Havilland_Vampire..

vampire F3.rar
Archive de donnée comprimée 2.4 MB

Westland Lysander MK III

Le Westland Lysander, avion de liaison aux performances modestes, acquit une grande renommée grâce à son utilisation pour le transport et la récupération d'espions et d'agents secrets, en particulier des membres du Special Operations Executive ou de la Résistance française et d'autres mouvements de résistance en Europe de l'Ouest. Un pilote de Lysander ayant effectué 280 missions de ce type en témoigne dans un ouvrage traduit en français : Hugh Verity, Nous atterrissions de nuit, éditions Vario.

Le Lysander était l'un des premiers ADAC, issu d'un programme du ministère de l'air en 1934 demandant un avion pouvant opérer à partir de pistes très courtes. Ses ailes étaient droites, mais leur emplanture rétrécie donnaient l'illusion d'une configuration en aile en mouette.

Ces missions consistaient à rejoindre nuitamment des terrains de fortune recensés et évalués avec soin par la Résistance selon une méthode précise (coordonnées, altitude, cap de l'axe de roulement, longueur, nature du sol, pente éventuelle, obstacles environnants, etc.), tous les renseignements utiles ayant été transmis à Londres. La navigation se faisait essentiellement par observation du sol, ce qui rendait les vols tributaires des phases de la Lune et des conditions atmosphériques.

Une fois arrivé à proximité de son but, le pilote situait le terrain grâce à des feux allumés au sol par des résistants que le bruit du moteur avertissait de son approche. L'activité des Lysander était si bien organisée, et soumise à des règles de sécurité si rigoureuses, que très peu d'accidents se produisirent. Par ailleurs, la taille relativement petite de l'appareil et son camouflage généralement noir mat en faisaient une cible difficile à repérer et à atteindre.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Lysander ont déposé sur le continent 101 personnes et en ont récupéré 128, pour l'essentiel des espions, résistants ou pilotes d'avions alliés abattus.

Constructeur     Westland
Rôle     Avion de reconnaissance et de liaison
Premier vol     15 juin 1936
Mise en service     Juin 1938
Nombre construits     1 786
Équipage 1 pilote
Moteur     1 Bristol Mercury XX Moteur en étoile de 890 ch
Envergure     15,24 m
Longueur     9,30 m
Hauteur     3,50 m
Surface alaire     24,15 m2
Masses à vide             1 834 kg
       avec armement     2 645 kg
 Vitesse maximale     336 km/h
Plafond     6 550 m
Vitesse ascensionnelle     432 m/min
Rayon d'action     1 000 km
Charge alaire     109 kg/m2
Rapport poids/puissance     250 W/kg kg/ch
Armement
Interne     4 mitrailleuses de 7,7 mm
Externe     227 kg de bombes

Westland Lysander MK3.rar
Archive de donnée comprimée 3.5 MB

Chasseur Dewoitine D.520

Le Dewoitine D.520 fut un avion de chasse français de la Seconde Guerre mondiale, réputé encore de nos jours comme étant le meilleur que la France a pu aligner contre

l'Allemagne lors de la bataille de France.
Le D.520 de série, dont le premier exemplaire fut produit en novembre 1939 est équipé d'un moteur Hispano-Suiza 12Y45 de 935 chevaux et armé de 4 mitrailleuses MAC34 Mod39

dans les ailes, approvisionnées à 675 coups, et d'un canon de 20 mm HS-404 avec 60 coups tirant à travers l'axe d'hélice.

Il commença à équiper l'armée de l'air à partir de janvier 1940, mais ne fut véritablement opérationnel qu'à partir du 13 mai 1940. À l'armistice, 437 exemplaires auront été

produits et 351 livrés.

Bien qu'un peu moins rapide que le Messerschmitt Bf 109, il était plus maniable et fut l'un des seuls appareils capables de lui résister en mai-juin 1940 durant la bataille de

France. Toutefois, construit en trop petit nombre et arrivé trop tard dans les divers groupes de chasse qu'il équipait, il ne suffit pas à renverser le cours de l'histoire.

Le Dewoitine D.520 est cependant crédité de 147 victoires (108 confirmées et 39 probables) en combat aérien contre la Luftwaffe et la Regia Aeronautica, pour 54 avions (D.520)

perdus

Constructeur  France Société aéronautique Dewoitine
Rôle     Avion de chasse
Premier vol     2 octobre 1938
Mise en service     1940
Date de retrait     1953
Équipage 1 pilote
1 Moteur Hispano-Suiza 12Y45 ou 12Y49 de 12 cylindres en V à refroidissement liquide puissance de 935 ch
Envergure     10,18 m
Longueur     8,75 m
Hauteur     2,57 m
Surface alaire     15,97 m2
Masses à vide             2 090 kg
       Avec armement     2 670 kg
       Maximale     2 780 kg
Vitesse maximale     540 km/h
Plafond     11 000 m
Vitesse ascensionnelle     Jusqu'à 6 000 m : de 800 à 690 m/min
Rayon d'action     1 250 km
Armement Interne 1 Canon Hispano-Suiza HS-404 de 20 mm avec 60 obus
                 4 mitrailleuses MAC 34-M39 de 7,5 mm avec 675 cartouches par arme

Dewoitine D520.rar
Archive de donnée comprimée 1.9 MB

5 prototypes (X-plane) USAF et NASA

McDonnell XF-85 Goblin.
 2 exemplaires construits , premier vol en 1948

FX-85 Goblin.zip
Archives compressées en format ZIP 1.2 MB

Martin Marietta X-24 A.
1 exemplaire construits , premier des 28 vols d'essais en 1969.

XA-24A.zip
Archives compressées en format ZIP 1'022.6 KB

Northrop HL-10.
2 exemplaires construits, premier des 37 vols d'essais en 1966.

HL-10.zip
Archives compressées en format ZIP 1.9 MB

Curtiss Wright XP55 Ascender.
 3 exemplaires construits , premier vol 1943.

XP-55 Ascender.zip
Archives compressées en format ZIP 1.4 MB

Vultee XP-54 "Swoose Goose".
 2 exemplaires construits , premier vol 1943.

XP-54 Vultee.zip
Archives compressées en format ZIP 1.6 MB

Avia B.534.IV

L’Avia B.534 est un avion de chasse monoplace tchécoslovaque conçu durant l'entre-deux-guerres. Ce fut l'un des derniers appareils de ce type à avoir été construit et utilisé durant la Deuxième Guerre mondiale. Durant le meeting international militaire de Zurich en juillet 1937 l’Avia B.534 se classa second, juste derrière le Messerschmitt Bf 109, ce qui en dit long sur la qualité de ce biplan.
581 exemplaires ont été construits.
Plus de 300 Avia B.534 furent saisis par la Luftwaffe après occupation de la Tchécoslovaquie en mars 1939 et utilisés initialement pour l’entraînement avancé et la formation à la chasse. Stationnés à Friedrichshafen, les escadrilles de chasse de nuit 3./JG70 et 3./JG71 volèrent également sur B.534 entre juillet 1939 et le début 1940, date à laquelle elles furent rééquipées de Bf 109.

Constructeur     Avia
Rôle     Chasseur
Premier vol     25 mai 1933
Mise en service     1934
Date de retrait     1945
Nombre construits     Voir texte
Équipage 1
1 moteur Avia (Hispano-Suiza) 12Ydrs avec 12 cylindres en V d'une puissance de 850 ch
Envergure     9,40 m
Longueur     8,20 m
Hauteur     3,10 m
Surface alaire     23,56 m2
Masse à vide     1 460 kg
      Maximale     2 120 kg
Vitesse maximale     394 km/h
Plafond     10 600 m
Vitesse ascensionnelle     900 m/min
Rayon d’action     580 km
Armement Interne     4 mitrailleuses Mk 30 de 7,7 mm
         Externe     6 bombes de 20 kg

Avia B-534.zip
Archives compressées en format ZIP 207.9 KB

Avro Lancaster soute à bombes ouverte

Lancaster soute ouverte.zip
Archives compressées en format ZIP 2.7 MB

Chariot transporteur de bombes

lift bomb.zip
Archives compressées en format ZIP 7.2 MB

Douglas A-26B Invader .

Le Douglas A-26 Invader est un avion d'attaque au sol américain de la Seconde Guerre mondiale.
Cet avion correspond à une spécification de 1940 de l'USAAF concernant un bombardier léger pouvant aussi bien intervenir à basse altitude pour un mitraillage que pour un bombardement précis à moyenne altitude. Afin d'assurer sa défense sans chasseur d'escorte, l'A-26 doit être à la fois bien armé et rapide.
Le A-26 Intruder fut le seul appareil de l’USAF à avoir participé à trois guerres ( 2nde Guerre Mondiale, Guerre de Corée et Guerre du Viêt-Nam)
Il faut attendre le 6 septembre 1944 et un raid de 18 A-26 du 386th BG de la 9th USAAF sur Brest pour assister à la première sortie opérationnelle de l'Invader au cours de la Seconde Guerre mondiale.
En Europe, le A-26 effectue sa dernière mission le 3 mai 1945 en participant au bombardement d'une usine en Tchécoslovaquie. Dans le Pacifique, il effectue sa dernière sortie le 12 août 1945.
Avec la fin de la guerre, la fabrication cesse et les contrats sont annulés. De fait, l'A-26 Invader n'a été produit qu'à 2 450 exemplaires.

Constructeur      Douglas Aircraft Company
Rôle     Avion d'attaque au sol
Premier vol     juillet 1942
Nombre construits     2 450
Équipage 3
Motorisation 2 Moteurs à pistons Pratt & Whitney R-2800-27/79 de 2000ch de puissance unitaires.
Envergure     21,35 m
Longueur     15,47 m
Hauteur     5,56 m
Masses à vide             10 365 kg
       avec armement     12 519 kg
       maximale     15 880 kg

Vitesse maximale     570 km/h
Rayon d’action             2 900 km
Armement interne     Jusqu'à 16 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm
        externe     Emport de 1 810 kg de bombes en soute et 910 kg sous la voilure ou

                        8  roquettes de 127 mm ou encore 16 roquettes de 76 mm

A-26B.zip
Archives compressées en format ZIP 2.9 MB

Supermarine Spitfire MK XXII.

Le Supermarine Spitfire (en anglais cracheur de feu, mais aussi au sens figuré soupe au lait) fut l'un des chasseurs monoplaces les plus utilisés par la RAF et par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.
Plus de 20 300 appareils furent construits, et les Spitfire sont restés en service jusque dans les années 1950.
C'est au Spitfire que nous, contemporains, associons la victoire de la bataille d'Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale.
Cependant, la victoire de la bataille d'Angleterre n'est pas simplement due au Spitfire, bien qu'il bénéficiât de vitesses en palier et ascensionnelle supérieures à celles du Hurricane. C'est l'utilisation conjointe de ces deux chasseurs, tous deux armés de huit mitrailleuses Vickers de 7,7 mm, qui permit à la RAF de prendre l'avantage sur la Luftwaffe. Les Spitfire, rapides et agiles, furent désignés pour s'attaquer aux chasseurs d'escorte tandis que les Hurricanes, plus lents mais à la structure robuste, se chargeaient des bombardiers.
Au cours de l'automne 1940, les plaintes des pilotes concernant la faiblesse de la munition de 7,7 mm se multipliant, deux versions du Spit équipées de canons de 20 mm Hispano HS 404 et quatre Vickers, furent mises en ligne. En raison d'enrayages trop fréquents, ces Spits Mk1b et Mk2b laissèrent la place au MkV armé d'une nouvelle version plus fiable du Hispano et équipé d'une évolution du Rolls-Royce Merlin.
Le Spitfire avait, outre son train étroit et donc dangereux, un défaut gênant : son faible rayon d'action. Ce facteur ne joua pas durant la bataille d'Angleterre mais devint rédhibitoire quand la RAF passa à l'offensive : en 1944 encore, ses Spitfire ne dépassaient pas le Rhin, alors que les P-51 américains, partant des mêmes bases anglaises et dotés du même moteur Merlin, allaient jusqu'à Berlin.

Constructeur      Supermarine
Rôle     Avion de chasse
Premier vol     5 mars 1936
Mise en service     4 août 1938
Nombre construits     20 351 unités (de 1938 à 1948)
Équipage 1 pilote
Motorisation 1 Moteur Rolls-Royce Griffon 85 de 2 400 ch (1 772 kW)  12-Cylindres en V, refroidis par liquide et hélice contrarotative.
Envergure     11,23 m
Longueur     9,47 m
Hauteur     3,86 m
Surface alaire     22,48 m2
Masse à vide     2 300 kg
      maximale     3 100 kg
Vitesse maximale     575 km/h (Mach 0,49)
Plafond     13 105 m
Vitesse ascensionnelle     810 m/min
Rayon d’action     724 km
Endurance     1 840 km
Charge alaire     119,91 kg/m2
Rapport poids/puissance     0,22 kg/ch
Armement interne 4 canons Hispano Mk II de 20 mm (60 obus/arme)
               Externe 1 bombe de 230 kg ou 4 roquettes air-sol.

3 versions :

Au sol

En vol

Et version seafire de l'aéronavale

Spitfire 3 versions.zip
Archives compressées en format ZIP 3.5 MB

Kalinine K-7.

Cet avion gigantesque a existé et même volé , il a fallu rajouter un 7eme moteur faute de propulseurs assez puissants.
Puis lors de son 9eme vol d'essai en Novembre 1933 il s'est crashé , après rupture de la queue de l'appareil , les 13 membres d'équipage ont trouvé la mort...
Son créateur, Konstantin Kalinin, voulait construire deux exemplaires de plus, mais le projet fût annulé.
Plus tard, Staline fit exécuter Kalinin.
Il est bien évident qu'il n'était pas souhaitable d'échouer sur un projet aussi coûteux sous le règne de Staline.

Constructeur      URSS Kalinine
Rôle     Bombardier
Mise en service     1933
Équipage
11 personnes
Motorisation
Moteur     M.34F
Nombre     6
Type     12 cylindres en V refroidi par liquide
Puissance unitaire     750 ch
Dimensions
Envergure     53,00 m
Longueur     28,00 m
Masses
Maximale     38 000 kg
Performances
Vitesse maximale     225 km/h
Plafond     4 000 m
Rayon d’action     1 100 km
Rapport poids/puissance     8,44 kg/ch
Armement
Interne     3 canons de 20 mm
6 mitrailleuses
Externe     9 000 kg de bombes

k7 alu.zip
Archives compressées en format ZIP 8.1 MB
K7 camo.zip
Archives compressées en format ZIP 8.0 MB

North American P-51 Mustang "RED TAILS".

Les Tuskegee Airmen est le nom populaire d'un groupe de pilotes afro-américains (originaire du Tuskegee Institute de Tuskegee, comté de Macon, Alabama ) qui se distingua durant la Seconde Guerre mondiale dans le 332nd Fighter Group de l'US Army Air Corps.
Les Tuskegee Airmen étaient, au commencement, équipés de Curtiss P-40 Warhawk, puis en mars 1944 de Bell P-49 Airacobra, en juin-juillet 1944 de Republic P-47 Thunderbolts et enfin dès fin juillet 1944 de North American P-51 Mustang, avec lesquels ils devinrent célèbres. C’est lorsqu’ils peignèrent les queues de leurs chasseurs P-47 Thunderbolt en rouge qu’on les surnomma « Red Tails ». Les bombardiers quand à eux reçurent le doux surnom de « Red-Tail Angels ».
En tout, 996 pilotes furent entrainés entre 1941 et 1946 au camps d’aviation de Tuskegee. Environ 445 seront envoyés au combat, et ils perdirent 150 hommes au combat ou lors d’accident. Les pertes au combat incluent 66 hommes tués au combat ou accident ainsi que 32 prisonniers.

Ces faits ont été officiellement mentionnés par les autorités Américaines concernant les Tuskegee Airmen :
-  15 533 sorties, pour 1578 missions
-  112 avions Allemands détruits en l’air, 150 au sol
-  900 véhicules détruits (véhicules sur rail, camions, voitures et autres)
-  Un destroyer détruit par des tirs de mitrailleuses d’un P-47 Thunderbolt.
-  Excellente escorte de bombardiers, perdant uniquement 25 appareils sur des centaines de missions.
Prix et décorations reçues :
-  3 Distinguished Unit Citation (voir plus haut)
-  Au moins 1 Silver Star
-  Environ 150 Distinguished Flying Crosses
-  14 Bronze Stars
-  740 Air medals
-  8 Purple Hearts
Ils étaient commandés par le colonel Benjamin Oliver Davis, Jr. qui deviendra plus tard le premier général noir de l'US Air Force.
Le président George W. Bush offre la Médaille d'or du Congrès à environ 300 Tuskegee Airmen et leurs veuves au capitole le 29 mars 2007 à Washington, D.C.
Le 29 mars 2007, ils reçoivent la Médaille d'or du Congrès, plus haute distinction civile américaine.

P51D Mustang RED TAIL.zip
Archives compressées en format ZIP 2.9 MB

Stampe SV-4

Le Stampe SV-4 est un biplan conçu pour l'entraînement qui fut plus tard utilisé pour la voltige aérienne. Les lettres « SV » de son nom viennent des ingénieurs belges Jean Stampe et Maurice Vertongen, concepteurs de cet avion. C'est aussi le sigle de l'entreprise Stampe et Vertongen, créée le 17 octobre 1923.
Produit à environ soixante exemplaires par les ingénieurs belges, il aura près d'un millier de petits frères, en versions SV-4a et SV-4c, dont 701 construits en France par la SNCAN (Société nationale de constructions aéronautiques du Nord).
Entré en service en 1937, cet avion connut une très grande diffusion dès l'immédiat après-guerre. Il a équipé de nombreuses écoles en Europe et, en France, il a volé sous les cocardes de l'Armée de l'air, l'Aéronavale et l'Aviation Légère de l'Armée de Terre comme avion de début. La fameuse Patrouille d'Etampes, qui représentait l'Armée de l'Air à la fin des années 1940, en a été équipée.

STAMPE.zip
Archives compressées en format ZIP 7.3 MB

Protoype R.A.F .

Proto RAF flying.zip
Archives compressées en format ZIP 4.6 MB
PROTO RAF LANDING.zip
Archives compressées en format ZIP 4.6 MB

Curtiss BF2C-1 Goshawk

Le Curtiss BF2C se présentait sous la forme d'un biplan monoplace, mû par un Wright R-1820-80 Cyclone développant 700 chevaux et entraînant une hélice bipale en métal. Le cockpit à l'air libre disposait d'une verrière profilée. L'armement s'orientait autour de deux mitrailleuses fixes Colt Browning de 7.62mm tirant au travers du pas de l'hélice. Quant à la charge de bombes, elle était identique avec celle des BFC-2. Dans le cas où il emportait quatre bombes légères de 51kg, le BF2C utilisait un réservoir externe de 189 litres. Si le BFC-2 réalisa son premier vol le 18 octobre 1932, le BF2C vola lui le 27 mai 1933.
Alors même que la commande pour le BFC-2 venait d'être passée, Curtiss proposa une version améliorée dotée d'un train d'atterrissage rétractable. D'abord désigné F11C-3, celui ci devint rapidement le BF2C-1. Il fut commandé là encore en série par l'US Navy à 27 exemplaires cette fois.

ésignation :BFC/BF2C
Nom / Surnom : Goshawk
Année de mise en service :1933
Pays d'origine :Etats-Unis
Constructeur :Curtiss Wright Corporation - Aircraft Division
Rôle :Chasseur-bombardier, avion d'appui aérien
Envergure :9.60 m
Longueur :7.62 m
Hauteur :3.23 m
Motorisation : moteur en étoile Wright R-1820-78
Puissance totale :1 x 700 ch
Armement :2 mitrailleuses fixes de 7.62mm
une bombe de 227kg ou quatre de 51kg.
Poids en charge :1869 kg
Vitesse maximale :330 km/h à 1550 m
Plafond pratique :3900 m
Distance franchissable :900 km
Equipage :1 

Curtiss BF2C Goshawk.zip
Archives compressées en format ZIP 2.2 MB

Hawker Hurricane MK IIc tropical.

Le Hawker Hurricane fut le premier chasseur monoplan de la Royal Air Force. Il s'illustra en particulier lors de la bataille d'Angleterre, durant la Seconde Guerre mondiale. Un total de 14 232 exemplaires furent construits, utilisés par plusieurs forces aériennes alliées.
Le Hurricane Mk.IIa Series 1 équipé avec un cône d'hélice légèrement plus long et des ailes supportant quatre canons Hispano Mk II de (20 mm). En juin 1941, le Hurricane Mk.IIa Series 2 devint Mk.IIc. L'avion inclut un emplacement pour deux bombes 250 lb (114kg), ou 500 lb (227kg) et par la suite des réservoirs d'essence. Ainsi, il devint en raison de ses performances diminuées un avion d'attaque au sol d'où il tira le surnom de Hurribomber.
Pendant la seconde bataille d'El Alamein sur le théâtre d'Afrique du Nord, six escadrons de Hurricane chasseurs-bombardiers affirmèrent avoir détruit 39 chars, 212 camions et véhicules blindés, 26 tankers, 46 canons, 200 véhicules variés et 4 dépôts d'essences et munitions. Cela fut effectué en 842 sorties avec la perte de 11 pilotes.

Constructeur     Hawker
Rôle     Avion de chasse
Premier vol     6 novembre 1935
Mise en service     Décembre 1937
Nombre construits     14232
Équipage 1 pilote
Motorisation 1 Moteur en ligne Rolls-Royce Merlin de 1 300 ch
Envergure     12,19 m
Longueur     9,58 m
Hauteur     4,00 m
Surface alaire     23,97 m2
Masses à vide     2 118 kg
Avec armement     4 175 kg
Vitesse maximale     511 km/h (Mach 0,41)
Plafond     10 973 m
Rayon d’action     1 480 km
Armement Interne 8 mitrailleuses Browning de 7,7 mm
                Externe 454 kg de bombes

hawker mk IIc tropical.zip
Archives compressées en format ZIP 3.1 MB

Boeing B-29 Superfortress (Model 345) "Enola Gay".

Enola Gay est le nom de l'avion Boeing B-29 Superfortress qui largua sur la ville d'Hiroshima, le 6 août 1945, la première Bombe A utilisée comme arme de guerre : Little Boy, lors de la mission Dimples 82.
Enola Gay était un B-29-45-MO de l'U.S. Army Air Force's 509th Composite Group construit par l'usine Glenn L. Martin d'Omaha, numéro de série 44-86292. Il avait pris son envol pour Hiroshima depuis Tinian, l'une des îles Mariannes. Le pilote de l'avion, le Colonel Paul Tibbets, l'avait baptisé ainsi en hommage à sa mère, Enola Gay Hazard Tibbets, pour que l'avion soit « sous une bonne étoile » (dixit Tibbets). Trois jours après, Bockscar, un autre B-29 largua Fat Man sur Nagasaki.
Enola Gay sera également déployé durant le raid sur Nagasaki avec George William Marquadt aux commandes. Sa mission durant cette seconde attaque sera la reconnaissance météorologique au-dessus de Kokura, cible principale dont la couverture nuageuse empêcha le bombardement.


Constructeur     Boeing
Rôle     Bombardier lourd
Premier vol     21 septembre 1942
Mise en service     8 mai 1944
Coût unitaire     639 188 USD en 1945
Nombre construits     3 970 (1943–1946)
Équipage 11 membres : Commandant, co-pilote, ingénieur de vol, bombardier, navigateur, opérateur radio, opérateur radar et quatre mitrailleurs (sabord x2, tourelle dorsale et arrière)
Motorisation 4 Moteurs Wright R-3350-23 et 23A avec 18 cylindres en double étoile, turbocompressé de 2 200 ch de puissance unitaire     
Envergure     43,1 m
Longueur     30,2 m
Hauteur     8,5 m
Surface alaire     161,3 m2
Masse à vide     33 800 kg
Avec armement     54 000 kg
Maximale     60 560 kg
Vitesse maximale     574 km/h
Vitesse de décrochage     170 km/h
Plafond     10 200 m
Vitesse ascensionnelle     276 m/min
Rayon d’action     2 615 km
Charge alaire     337 kg/m2
Rapport poids/puissance     121 kg/ch
Armement
Interne     12 mitrailleuses Browning M2 calibre 50 (12,7 mm)
1 canon M2 de 20 mm dans la tourelle arrière (retiré peu de temps après la mise en service, et remplacé par 2 M2 de 12,7 mm)
Externe     9 000 kg de bombes standards ou une bombe de 10 000 kg T-14 « Earthquake » après modifications

Enola gay.zip
Archives compressées en format ZIP 6.6 MB

Consolidated B-24 Liberator.

Le Consolidated B-24 Liberator est un bombardier lourd américain. Il est construit à plus de 18 000 exemplaires soit plus qu'aucun autre appareil américain au cours de la Seconde Guerre mondiale.
Le prototype vole en décembre 1939 avec en particulier un profil d'ailes original, un fuselage profond et une grande soute à bombes avec des portes métalliques.
Le train d'atterrissage est de type tricycle avant et les roues principales s'escamotent horizontalement dans l'épaisseur des ailes.
Le B-24 est utilisé sur tous les théâtres d'opération de la Seconde Guerre mondiale par l'USAAF, aussi bien dans le Pacifique qu'en Europe. On le retrouve ainsi au sein de la 8th USAAF sur l'ETO (théâtre d'opération européen), et dans la 15th USAAF qui opère sur le MTO (théâtre d'opération méditerranéen). Les parachutages à la résistance française et italienne furent opérés par le 885th BS qui utilisait des B-24D et des B-17. Ce furent aussi des B-24 qui bombardèrent Marseille, Cannes et Nice en mai 1944.
Bombardier lourd, il est surtout employé par les forces stratégiques, souvent aux côtés du B-17.

Constructeur      Consolidated Aircraft Corporation
Rôle     Bombardier lourd
Premier vol     29 décembre 1939
Mise en service     1941
Nombre construits     18 188
Équipage 7 à 10
Motorisation 4 Moteurs Pratt & Whitney R-1830-65 de 14 cylindres en double étoile refroidis par air
Puissance unitaire     1 200 ch (883 kW)
Envergure     33,52 m
Longueur     20,47 m
Hauteur     5,37 m
Surface alaire     97,36 m2
Masses à vide     23 700 kg
       avec armement     25 000 kg
       maximale     32 295 kg
Vitesse maximale     480 km/h
Plafond     8 535 m
Rayon d’action     Avec 2,3 tonnes de bombes : 2 750 km
Armement interne     5 800 kg de bombes
         externe     10 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm

B-24j.zip
Archives compressées en format ZIP 3.4 MB

Northrop XP-79B (Flying Ram ).

Inspiré par les travaux allemands menés par Heinkel (He 176) et Messerschmitt (Me 163 Komet), Northrop proposa à l'USAAF, en 1942, le développement d'un intercepteur retenant la formule de l'aile volante et propulsé par un moteur-fusée XCAL-2000 de 910 kg de poussée. Le projet fut accepté et reçut la désignation XP-79. En mars 1943, le moteur-fusée fut abandonné au profit de deux réacteurs et le XP-79 devint XP-79B.
Le surnom donné au XP-79, Flying Ram (bélier volant), laissait supposer que l'aile volante devait détruire l'avion intercepté en entrant délibérément en collision avec lui ! En fait. le XP-79 utiliserait simplement ses quatre mitrailleuses de 12,7 mm.
Nombre d'exemplaires construits : trois XP-79 commandés (s/r 43-52437,43-52438 et 43-52439) ; un seul construit (s/n 43-52437) en version XP-79B.
Matériau principal de construction : magnésium. L'épaisseur du revêtement variait de 1,9 cm au bord d'attaque à 0,5 cm au bord de fuite.
Le XP-79 était une aile volante biréacteur. Posée sur un train d'atterrissage quadricycle (des skis furent d'abord envisagés), elle était surmontée à l'arrière de deux plans fixes verticaux et recevait des gouvernes aérodynamiques en bord de fuite. Le pilote était couché sur le ventre dans le fuselage, tête en avant, pour pouvoir supporter des facteurs de charge élevés (+/- 12 G).
12 septembre 1945 : premier et unique vol du XP-79B à Muroc. Apres quinze minutes de vol, perte de contrôle de l'avion qui s'écrase au sol, tuant son pilote Harry Crosby. L'accident met un terme au projet.

Envergure : 11,58 m
Longueur : 4,27 m
Hauteur : 2,29 m
Surface alaire : 25,83 m2
Masse à vide : 2 650 kg
Masse maximale : 3 930 kg
Motorisation  : 2 réacteurs Westinghouse modèle 19-B (J30) de 520 kg de poussée unitaire (pas de postcombustion).
vitesse maximale : 820 km/h à 7 600 m d'altitude
vitesse de croisière : 770 km/h à 7 600 m d'altitude
vitesse ascentionnelle : 1 615 m/mn
plafond pratique : 7 600 m
distance franchissable : 1600 Km.
Armement prévu mais non installé : quatre mitrailleuses Colt-Browning M-2 de 12,7 mm.

2 versions, un exemplaire en vol et un au sol.

XP-79b 2 versions.zip
Archives compressées en format ZIP 1.8 MB

Lockheed C-69 Constellation.

Le Lockheed Constellation (Connie) est un avion de transport quadrimoteur américain construit par Lockheed de 1943 à 1958.
Le développement du Constellation débuta en 1939 sous l'impulsion de Howard Hughes, actionnaire principal de la TWA, qui demanda à Lockheed de construire un avion de transport commercial permettant de servir les lignes transcontinentales.
En raison de l'entrée en guerre des États-Unis, le projet prit du retard et le premier Constellation effectua son premier vol en janvier 1943. Les premiers modèles construits furent réquisitionnés afin d'assurer des missions de transport de troupes.
L'U.S.A.A.F. reçu 22 Constellation au cours de la guerre, neuf avaient été commandés initialement par la TWA, les treize autres faisaient partie d'un lot de 180 appareils achetés en 1942 (la réalisation de cette série fut décommandée au lendemain de la victoire de 1945).

Rôle     Transport de passagers
Constructeur     Lockheed
Équipage     6-8
Premier vol     9 janvier 1943
Mise en service     Février 1946
Longueur     29,00 m
Envergure     37,90 m
Hauteur     7,10 m
Masse et capacité d'emport
Max. au décollage     48,54 t
Passagers     44-80
Motorisation  4 Moteurs Curtiss-Wright R3350-BD1
Vitesse de croisière maximale     520 km/h
Vitesse maximale     550 km/h
Plafond     8 300 m

constellation.zip
Archives compressées en format ZIP 1.6 MB

Short S-25 Sunderland Mk. III.

Dérivant des fameux hydravions de transport Short Empire, le Sunderland fut livré à la RAF en 1938, puis à l'Australie. Puissamment armé, il devait être l'un des premiers appareils à entrer en action dans la guerre de 1939-1945. Le 21 septembre 1939, deux hydravions de ce type secoururent trente-quatre survivants du torpilleur Kensington Court et ouvrirent le feu sur des navires allemands. Solide, " bagarreur ", le Sunderland devint très vite pour la RAF un appareil marin à tout faire : escorteur de convois, patrouilleur, bombardier, etc... Et pour la LUFTWAFFE, un adversaire redouté (les Allemands l'avaient baptisé " le porc-épic volant ! "). Cet hydravion pouvait s'attaquer à plus rapide que lui et ses succès aériens, contre les Junker-88 notamment, défient le calcul. En compagnie d'hydravions Catalina, plusieurs Sunderland participèrent à la chasse mémorable qui fut donnée au croiseur de bataille allemand Bismark. Le Coastal Command se servit de cet appareil avec une grande efficacité, des côtes de la Norvège jusqu'en Méditerranée. Signalons que cet engin militaire accomplit également une oeuvre strictement humanitaire. Il s'illustra spécialement dans le sauvetage d'équipages et de populations en péril, et bien des naufragés lui doivent la vie. Pendant l'évacuation de, la Crète, en 1941, un Sunderland sauva 87 personnes en un seul vol, ce qui démontra les capacités extraordinaires de cet hydravion.

Constructeur      Short Brothers Ltd
Rôle     Hydravion de patrouille maritime
Premier vol     16 octobre 1937
Mise en service     1938
Nombre construits     478
Équipage 11 (Pilote, co-pilote, ingénieur-mécanicien, radio-opérateur, bombardier, navigateur, mitrailleur avant, 2 mitrailleurs de sabord, mitrailleur de queue, mitrailleur dorsal)
Motorisation 4 Moteurs en étoile Pratt & Whitney R-1830-90B de 1 200 ch de puissance unitaire
Envergure     34,39 m
Longueur     26,01 m
Hauteur     10,52 m
Surface alaire     138 m2
Masses à vide     15 663 kg
Avec armement     26 332 kg
Vitesse de croisière     285 km/h
Vitesse maximale     343 km/h
Vitesse de décrochage     125 km/h
Plafond     5 400 m
Vitesse ascensionnelle     220 m/min
Rayon d’action     2 848 km
Charge alaire     191 kg/m2
Rapport poids/puissance     0,030 kg/ch
Armement Interne 16 mitrailleuses Browning 1919 de 7,7 mm (tourelle avant x4, tourelle dorsale x2, tourelle de queue x4, sabord x4)
2 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm (Sabord x2)
Externe     750 kg de bombes ou/et charges de profondeur et/ou mines.

sunderland.zip
Archives compressées en format ZIP 993.5 KB

-------------------------------- BONUS-------------------------------

"Kriegbeute Short Sunderland"  capturé par les allemands en Créte en mai 1941 et remis en service dans la Luftwaffe.

Beute Sunderland.zip
Archives compressées en format ZIP 879.0 KB