Vickers 6-Ton MK-E.

Le Vickers 6-Ton ou Vickers Mark E était un char de combat britannique mis au point par Vickers sur fond propre (ne résultait pas d’un appel d’offre national). Il ne fut pas utilisé par la British Army mais exporté ou produit sous licence, en très grand nombre. Le T-26 soviétique est une amélioration du 6-Ton licencié. C’était le prédécesseur du 7TP dans l’armée polonaise. Au début de la Seconde Guerre mondiale, c’était le second char le plus répandu au monde après le char français Renault FT-17.
Le char fut construit en 2 versions :

    Type A avec 2 tourelles armées chacune d’une mitrailleuse lourde Vickers.
    Type B avec une tourelle deux places armée d’un canon de 47 mm court et d’une mitrailleuse Vickers coaxiale.

Le Type B apporta bon nombre d’informations primordiales dans la conception des futurs chars d’assauts, une tourelle de 2 places permet d’accroître considérablement la cadence de tir des deux armes. Cette configuration allait être reprise par tous les chars conçus après ce modèle.

Équipage     3 (chef de char, tireur, pilote)
Longueur     4,88 m
Largeur     2,41 m
Hauteur     2,16 m
Masse au combat     7 300 kg
Blindage     13 mm
Armement principal     1 canon de 47 mm avec 50 obus
Armement secondaire     1 à 2 Mitrailleuse(s) Vickers
Motorisation  1 Moteur     Armstrong Siddeley Puma essence de 80 à 98 ch (60 à 70 kW)
Suspension     ressorts à lames sur boggies
Vitesse sur route     35 km/h
Puissance massique     11 à 13 ch/tonne
Autonomie     160 km

Vickers MK.E.zip
Archives compressées en format ZIP 2.5 MB

SU-85.

Le SU-85 est un chasseur de chars/canon auto-propulsé soviétique utilisé durant la Seconde Guerre mondiale, dont la conception était basée sur le châssis du char moyen T-34. Jusqu'alors les canons auto-propulsés soviétiques étaient également utilisés en tant que canons d'assaut, tel le SU-122 ou encore comme armes anti-char mobiles ; le SU-85 fait partie de cette seconde catégorie.
La production du SU-85 a démarré à la mi-1943, et les premiers véhicules ont atteint leurs unités en août. Quand le char T-34 a à son tour reçu un canon de 85 mm pour donner le T-34-85, qui a été produit en masse au printemps 1944, le SU-85 est devenu moins utile2 et sa production a été arrêtée à la fin 1944, après une production de 2 050 véhicules. Il a été remplacé dans les lignes de montage par le chasseur de chars SU-100, son successeur, armé du canon de 100 mm D-10S.

Concepteur     Lew S. Trojanow
Année de conception     1943
Production     mi-1943 à fin 1944
Unités produites     2 050
Équipage     4 (un commandant, un conducteur, un canonnier et un chargeur)
Longueur     8,15 m  pour la totalité du blindé
                6.10 m pour la caisse blindée du char.
Largeur     3,00 m
Hauteur     2,45 m
Masse au combat     29,6 tonnes
Blindage     45 mm (
Armement principal     Canon D-5T de 85 mm (3,34 pouces).
Armement secondaire     aucun
Motorisation un diesel V-2 de 12 cylindres de 503 chevaux (375 kW)
Suspension     suspensions Christie
Vitesse sur route     55 km/h
Puissance massique     17 chevaux/tonne
Autonomie     400 km sur route

SU-85.zip
Archives compressées en format ZIP 5.9 MB

SU-100.

Le SU-100 a été conçu en 1944 comme un SU-85 amélioré. Ils sont tous les deux bâtis sur le même chassis que le char T-34-85. Il a été conçu et produit à l'UZTM , Usine de constructions mécaniques lourdes de l'Oural ou Ouralmach) à Iekaterinbourg. Le SU-100 s'est vite révélé être l'un des meilleurs chasseurs de chars de la deuxième guerre mondiale, car son canon pouvait pénétrer 125 mm de blindage vertical à une portée de 2 000 mètres, ou le blindage incliné de 85 mm du char allemand Panther à 1 500 mètres. Capable de détruire le blindage frontal de tous les chars allemands en service à l'exception du Tigre royal, le SU-100 reçut des soldats soviétiques le surnom salace de « Pizdets vsemu », ou « nique-tout ».

Année de conception     1944
Constructeur     Usine Ouralmach de Iekaterinbourg
Unités produites     2 335
Équipage     4
Longueur     9,45 m
Largeur     3,00 m
Hauteur     2,25 m
Masse au combat     31,6 tonnes
Blindage     20 à 75 mm
Armement principal     1 canon 100 mm D-10S
Armement secondaire     Aucun
Suspension     Suspension Christie
Autonomie     320 km

SU100.zip
Archives compressées en format ZIP 9.3 MB

T-34/76 modèle 1941.

Le T-34 soviétique ,fut  sans conteste le le plus réussi et le meilleur char de le Seconde Guerre Mondiale.  Quand les premiers exemplaires de série sortent en juin 1940, il n'a d'équivalent dans aucune armée du monde.
Son blindage est plus épais que celui du panzer IV, qui était le plus lourd des chars allemands de l'époque, ses chenilles lui permettent d'opérer dans les pires terrains tandis que ses adversaires sont lourds et coûteux.
le T-34 sort des usines russes par quantités énormes, permettant aux Russes de noyer sous le nombre les trop rares chars allemands.
Le T-34 fut le premier char capable de rivaliser et même de surpasser ses adversaires autant par sa puissance de feu que ses performances. Au début de la guerre, seulement 10% de tous les char soviétiques étaient des T-34 et en mi 1943 ce nombre grimpé jusqu'à 50-60% pour cent avant que le T-34 ait remplacé tous les modèles les plus anciens.
Mais tout n'était pas parfait sur ce char: la finition était très frustre, l'autonomie limitée, l'optique de visée primitive, le canon court de 76.2 mm, dont les capacités anti-char restent modestes.... C'était néanmoins la machine la mieux adaptée. Il n'y a donc pas de miracles si sa carrière se prolongea pendant encore plusieurs années après la fin de la guerre, s'achevant comme l'un des chars les plus construits de l'histoire après le Sherman. Plusieurs variantes du T-34 sera produit. Les Allemands copie une partie des composant du T-34 dans la conception du excellent char Panther.
Il faudra deux ans aux Allemands pour remettre leur Panzer IV à un niveau équivalent et que les Tigre  rétablissent une supériorité allemande en matière de puissance de feu. Seul le Panthère, entré en service trois ans après son concurrent, l'égale en mobilité tout en le surclassant en puissance de feu et en protection.

Équipage     4
Longueur     6,1 m
Largeur     3 m
Hauteur     2,4 m
Masse au combat     30,9 tonnes
Blindage     45 mm
Armement principal     canon F34 de 76,2 mm (77 obus)
Armement secondaire     deux mitrailleuses DT de 7,62 mm (2898 coups)
Motorisation  1 Moteur V12 diesel V2-34 de 500 ch (367,7 kW)
Suspension     Christie
Vitesse sur route     45 km/h
Puissance massique     16,2 ch/tonne
Autonomie     250 km

T34-76.zip
Archives compressées en format ZIP 2.7 MB

T34-85.

le T34-85 était composé d’un châssis classique de T34 sur lequel était posée une tourelle redessinée, emportant une pièce de 85 mm, d’où le nom du T34-85. Ce canon tirait des obus à grande vitesse initiale, et pouvait percer facilement le blindage d’un Panzer IV allemand, et gêner considérablement les Panther.  Le blindage de cette nouvelle tourelle était plus épais mais, surtout, elle pouvait emporter un homme de plus et une radio, ce qui était vital pour l’efficacité de la conduite au combat des T34-85. Il est à noter que cette tourelle sera aussi utilisée sur les Kv-85 et qu’elle possédait une nouvelle coupole avec des meurtrière pour que le chef de char puisse observer sans devenir une cible facile. Question châssis, le T34-85 conservera les suspensions Christie présentes sur les chars précédents. Chaque roue (galet porteur) était reliée à l’intérieur de la caisse à un système de longs ressorts pliés en angle sur l’avant. Ce char avait aussi une nouvelle boite de vitesse à cinq rapports qui améliorait sa manœuvrabilité. On peut souvent apercevoir sur les photos d’époque des réservoirs d’essence sur les flancs des T34-85...ils étaient souvent décrochés avant les combats pour éviter d’enflammer le char. En dehors des trois hommes dans la tourelle, un pilote s’asseyait dans la partie avant gauche du châssis...près de lui se trouvait sur sa gauche le radio qui avait aussi pour mission de servir la mitrailleuse de 7,62 mm.
Plus de 11000 T34-85 seront construits au cours de l’année 1944 et le char restera en service jusqu’au milieu des années 1950.

Type : Char moyen
Longueur : 8,07 m
Largeur : 3,71 m
Hauteur : 2,56 m
Moteur : Un moteur V12 diesel V-2-34 refroidi par eau de 500 ch
Vitesse : 50 km/h maximale sur route,
          35 km/h en tout terrain
Rayon d’action : 300 km sur route
Blindage : Jusqu’à 75 mm à l’avant
Poids : 31,5 tonnes
Équipage : 5 hommes
Armement : Un canon ZIS S-53 de 85 mm (55 obus)
          deux mitrailleuses DT de 7,62 mm

T-34 85.zip
Archives compressées en format ZIP 5.8 MB

Kliment Voroshilov KV-1e modèle 1940.

En février 1939, l'équipe de l'ingénieur.Z. Kotin commença son travail aux usines Kirov sur un nouveau char lourd qu'ils allaient nommer "Kliment Voroshilov 1". La première production de masse de ce nouveau char sera complété en février 1940. Il fut employé conjointement au fameux char T-34/76 pendant la 2e G.M. Il disposait d'un blindage de 75 mm. à l'avant et montait un puissant canon de 76.2 mm. Sa propulsion était assurée par un moteur diesel de 12 cylindres développant 550 chevaux. En 1940, une version améliorée du KV, le KV-1B fut réalisé de façon à résister à la menace de plus en plus importante des nouvelles armes antichar allemandes. Les usines de Kirov ou les chars KV-1 étaient produits n'étaient pas équipées pour produire des blindages d'une épaisseur supérieure a 100 mm. Il fallut donc boulonner des plaques de 25 a 35 mm d'épaisseur sur la tourelle et le châssis. Le blindage additionnel fut par la suite effectué par soudure pour améliorer la productivité. La portion avant de la tourelle disposait alors d'un blindage de 120 mm les flancs de celle-ci de 110 mm et l'avant du châssis de 110 mm également. Pour sa grosseur, le KV-1B était sous armé. On pensa l'équiper d'un canon de 107 mm mais on y renonça. On allongea plutôt le canon et vers 1943 on le remplaça par un de 85 mm et il porta l'identification KV-85. Il était toujours à l'avant des assauts. Grâce à son blindage épais, il défiait les canons allemands. Les Allemands furent désagréablement surpris par ces KV-1 qui pouvaient maintenant encaisser leurs projectiles antichars. Même le fameux canon de 88mm, reconnu pour son efficacité, ne parvenait pas facilement à détruire un  KV. Les Allemands le surnommait le monstre et ils étaient terrifié quand un de ces chars fonçait sur eux se moquant des projectiles de Panzer III et IV. Bien que la production du KV-1b se soit arrêtée en juillet 1941, le char resta en service tout au long du conflit et certaines de ses caractéristiques furent reprises pour la conception des chars modernes soviétiques ou d'autres nations. La production du KV atteignit 245 en 1940 et 393 en 1941. De ces chars, 508 furent livrés aux combattants russes qui livrèrent de durs combats aux Panzer allemands. Le KV sera remplacé par le Stalin II qui avait pratiquement le même châssis. C'est la rencontre de ce char et du T-34 qui força les Allemands à développer le char Tigre et le Panther qui pourront rivaliser avec les chars lourds soviétiques.

Équipage     5
Longueur     6,68 m
Largeur     3,32 m
Hauteur     2,71 m
Masse au combat     47,5 tonnes
Blindage et armement
Blindage     100 mm tout comme le Panzerkampfwagen VI Tiger
Armement principal     canon F-32 de 76,2 mm (114 obus)
Armement secondaire     4 mitrailleuses DT de 7,62 mm (3024 coups)
Mobilité
Moteur     V12 diesel V2K
600 ch (448 kW)
Suspension     barres de torsion
Vitesse sur route     35 km/h (16 en tout terrain)
Puissance massique     12,6 ch/tonne
Autonomie     150 km

KV-1.zip
Archives compressées en format ZIP 6.6 MB

Kliment Voroshilov KV-2.

Les chars lourds KV russes portent les initiales du ministre de la défense de l'époque, Klementi Voroshilov. Au début, le KV-2 est équipé d'un canon obusier de 122mm qui sera changé en 1940 pour un de 152mm. Le 12 février 1940, ils font leur première apparition durant la guerre de Finlande. L'énorme tourelle qui surmonte ce char surprend les combattants. À cause de l'obusier qui utilise des charges séparés, c'est à dire l'obus et la poudre de propulsion, cette tourelle a dù être monté comme une plate forme au dessus du char porteur puisqu'il fallait 4 hommes minimum pour le mettre en opération avec le commandant du véhicule. De plus, il fallait de l'espace pour stocker les charges nécessaires au combat. Ce concept de char aura les mêmes faiblesses que son rival de la bataille de Koursk, le Tigre Elefant. Avec une mobilité restreinte dû à son poids et une défense rapprochée nulle, il sera une cible facile pour l'ennemi. Néanmoins, la surprise des Allemands sera de taille quand ils rencontrerons ce char car leurs canons de 37 et 50mm ne parviendront pas à transpercer son blindage. Ils en captureront quelques uns qu'ils utiliseront pour venir à bout des places fortes. Pour les Russes, la production de ce char sera arrêté en octobre 1941 pour se consacrer à la production du KV-1. Le KV-II sera remplacé éventuellement par le ISU 152 qui se révèlera plus efficace. 334 KV-II verront le jour et ironiquement, le dernier à combattre sera un KV-II capturé par les Allemands qui défendra les usines Krupp en Allemagne en avril 1945.(Panzerkampfwagen KV-II 754(r)).

Longueur : 6,88 m
Largeur : 3,32 m
Hauteur : 4 m     
Poids : 52 tonnes     
Équipage : 5 hommes
Moteur : V-2K V 12    
Vitesse : 32 km/h     
Armement : obusier de 152 mm

KV-2a.zip
Archives compressées en format ZIP 5.2 MB

Halftrack Multiple Gun Motor Carriage (T1E3).

Dès 1940, les Américains travaillèrent sur des engins capables d' assurer le protection des colonnes blindées. C' est ainsi qu'en 1940 un M2 Halftrack fut équipé d' une tourelle équipée d' une mitrailleuse Bendix .50cal MG sous la désignation de T1E1 sans guère de succès. En novembre 1941, deux prototypes équipés pour l' un d' une tourelle M33 Maxson pour l' autre d' une tourelle Martin furent développés sur base du M2. Le prototype avec tourelle Maxson fut appelé T1E2 et celui équipé de la tourelle Martin (de bombardier), T1E3. Cependant le M2 n' offrait pas assez d' espace. La tourelle M33 était la plus prometteuse et fut par la suite montée sur le M3 Personnel Carrier (T1E4).
La tourelle Maxson actionnée par un moteur essence, était armée de deux mitrailleuses .50cal. Le tireur était assis entre les deux armes. La possibilité de monter un bouclier devant lui existait. L' obtention des cibles se faisait via un Reflex sight. La tourelle pouvait pivoter sur 360° en six secondes et les mitrailleuses disposaient d' une élévation de 90° et d' une dépression de 10°. Il fallait moins de 2 secondes pour que les armes soient pointées en élévation maximum. La cadence de tir maximum des deux armes était de 250 coups par minute. Le T1E4 fut accepté pour la production de masse vers la mi 1942 sous l' appellation de M13 Multiple Gun Motor Carriage. Le M13 fut produit à 1103 exemplaires par White en 1942. Parmi eux 628 furent convertis en M16.
Quant au T1E3, il utilisait la tourelle Martin, identique à celles des B17, avec un plafond partiellement blindé. Le projet fut abandonné car extremement compliqué et par manque de place dans l'habitacle du M2.

dca half.zip
Archives compressées en format ZIP 2.2 MB

Sokol 1000.

La Sokol 1000 (également connu sous les noms de SCF 1000 ou M 111) était la plus grosse moto polonaise d'avant-guerre tant pour un usage civil et militaire dans l'armée polonaise .
La production a commencé en 1933 et a duré jusqu'au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939. Produite entièrement en Pologne (moins de 5% des pièces ont été importées), la Sokol 1000 a maintenu une fiabilité élevée tout au long de la période de production.
Il existait une version avec side-car et le moteur de la sokol était utilisé pour la propulsion de draisines.

Production     1933-1939 (3400 environ)
Moteur     995,4 cc, quatre temps 45 ° V-twin , 22 ch (16 kW), 5:1 ratio de compression
La vitesse de pointe     90 mph
Suspension     6-printemps
Longueur 2540 mm
Hauteur 1135 mm
Capacité de carburant     20 litres
Autonomie sur route 220kms

motorbike.zip
Archives compressées en format ZIP 6.3 MB

M4 Mortar Motor Carriage.

La première variante sur châssis de Half-track fut développée dès octobre 1941, en imaginant la combinaison du M2 Half-track et d'un mortier de 81 mm. C'était la plus simple des conversions possibles pour la création d'un véhicule de soutien d'infanterie, mais aussi la plus simple à mettre en œuvre.
Le projet aboutit à la dénomination M4 MMC, combinant au châssis du M2 HAlf-track un mortier M1 de 81 mm américain. Le réaménagement du compartiment arrière du véhicule était, pour cela, nécessaire. On retira donc quatre des sièges arrières pour installer des caisses pouvant contenir jusqu'à 96 obus. Le mortier en lui-même était placé au centre du véhicule, pointé vers l'avant. En principe, le mortier devait être démonté pour être mis en position de tir à l'extérieur du véhicule, mais en cas d'urgence, les équipages pouvaient tirer directement du véhicule avec les désagréments logiques que cela entrainait (positionnement correct du véhicule, maltraitance de la caisse...). Les équipages pointaient aussi souvent le mortier vers l'arrière pour faciliter la fuite en cas d'accrochage ; si l'armée ne le concéda jamais par éthique, ce comportement fut toléré néanmoins. 572 modèles furent produits par la White Motor Company jusqu'à ce que ce modèle soit jugé obsolète dès décembre 1942.

M 16 Halftrack mortier.zip
Archives compressées en format ZIP 4.8 MB

M3 Halftrack

Conçu par le constructeurDiamond T comme le Halftrack M2, il pouvait transporter jusqu'à 10 combattants.

Mis en œuvre par un équipage de 3 hommes, il disposait d'un moteur essence, d'une boîte de vitesse à 4 rapport et d'un treuil avant de 4,5 t. L'épaisseur de son blindage variait entre 6,3 et 12,7 mm. La version M3A1 disposait d'une mitrailleuse lourde placée à l'avant du véhicule.

M 16 Halftrack empty.zip
Archives compressées en format ZIP 3.2 MB

Half-Track M16 .

Il fallait aux Alliés un véhicule de soutient anti-aérien pour permettre à l'infanterie de se protéger. C'est dans ce but que fut créé en mai 1943 le M16. Basé sur le châssis du M3 Half-track. ce véhicule s'avéra fort utile. Les Américains se contentèrent d'y fixer quatre mitrailleuses de calibre .50 (12,7 mm) sur des anneaux à l'arrière, afin qu'ils puissent se tourner de tous les cotés rapidement. Bien que simple, cette solution s'avéra assez efficace et l'on produisit plus de 3 000 M16.
• Motorisation : White 160AX, 6 cyl. en ligne, essence, refroidissement à eau, 147 ch. à 3 000 tr/min
• Vitesse maximale : 72 km/h
• Autonomie : 320 km
• Équipage : 5 hommes
• Masse : 8,6 tonnes
• Longueur : 6,50 m
• Hauteur : 2,62 m
• Largeur : 2,16 m
• Blindage : Min: 6 mm / Max: 13 mm
• Armement : Quatre mitrailleuses Browning M2 .50 (12,7 mm)

M 16 halftrack D.C.A.zip
Archives compressées en format ZIP 4.1 MB

Bofors 40 mm.

Le 40 mm Bofors est un canon antiaérien conçu par l’armurier suédois Bofors au début des années 1930. Sa version initiale était baptisée 40L60, car le tube a une longueur théorique égale à 60 fois le diamètre. Il fut fabriqué en Suède par la société Bofors elle-même, mais également sous licence dans de nombreux autres pays. Une grande partie des nations impliquées dans le deuxième conflit mondial l'ont utilisé sous des versions différentes.

Portée utile en anti-aérien : 1 500 m , en anti-personnel : 3 000 m, en anti-char : 1 000 m.
Poids de l'obus anti-aérien 0,890 kg pour 68 g d'explosif.
Le coup complet (douille, obus et charge propulsive) pèse 2,12 kg.
Généralement, 4 coups sont réunis dans une lame chargeur, pour être introduits facilement manuellement dans la trémie située sur la face supérieure.
Vitesse initiale 850 m/s
Cadence de tir 120 coups par minute.

40mm Bofors.zip
Archives compressées en format ZIP 2.5 MB

GMC CCKW353.

GMC : ces trois lettres sont associées à un véhicule universellement connu. Un camion dont la silhouette et l’histoire représentent la référence en véhicules du transport militaire. Un camion qui fait partie des symboles de la Libération, comme la Jeep et le Dodge.
Le GMC CCKW existe en 2 déclinaisons : CCKW 353 dit châssis long,
                                       CCKW 352 dit châssis court.
Les deux modèles pouvant être équipés indifféremment d’une cabine bâchée ou tôlée, d’un treuil* ou non, d’un plateau à ridelles en bois ou en métal de type Budd, de ponts moteur Split (construit par Timken) ou Banjo (construit par General Motors).
*Certains GMC sont équipés d’un treuil, celui-ci est installé à l’avant du véhicule dans un berceau prolongeant les longerons du châssis. Il existe deux modèles construits respectivement par Gar Wood Industries Inc de Detroit et par The Heil Company de Milwaukee. La boite de vitesse, construite par WARNER, est à cinq vitesses plus une marche arrière et réducteur. De nombreuses versions ont été montées sur le châssis de base / cargo : citerne à eau, essence, mais aussi benne basculante, porte compresseur, poseur de travures, porte ponts pour le génie, foreuse/tarière, porte bombes, etc. Tous les types de cabines techniques (atelier de réparation, radio, cinéma ambulant, station météo, transport frigorifique, bazar, etc.) furent installés sur le GMC. Il existe une version amphibie du GMC, le " DUKW ", camion marin, qui servit de plateforme de transport pour le fret et les hommes entre les bateaux et le rivage.

Poids à vide : 4560 kg
Poids en charge : 9060 kg
Charge utile : 4500 kg
Longueur : 6,48 m
Largeur : 2,24 m
Hauteur : 2,80 m
Voie AV : 1,58 m
Voie AR : 1,70 m
Garde au sol : 0,25 m
Empattement : 4,16 m     CAPACITES
Carburant :150 litres
Huile :10 litres
Eau :18 litres
EQUIPEMENT
Electrique :6V/1 batterie DELCO REMY 140 Am/h
Freinage : HYDROVAC
Jantes : 6.00x20
Pneus : 7.50x20
Blindage : néant
Armement :selon modèle mitrailleuse de 12, 7 mm sur affut circulaire
MOTEUR
Marque : G.M.C.
Modèle : 270
Cylindrée : 4.4 l
Nombre :6 en ligne/soupape en tête/2 x cyl
Carburant :essence
Puissance :104 ch/ 76Kw
Consommation :38 l     PERFORMANCES
Vitesse :75 km/h
Rampe :65
Rayon de braquage : 10,66 m

GMC 6X6.zip
Archives compressées en format ZIP 3.7 MB

Ordnance QF 6 pounder 7 cwt.

Le canon Ordnance QF 6-pounder 7 cwt, ou 6 pdr, est un canon anti-char britannique de calibre 57 mm en usage au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il fut utilisé pour la première fois durant la guerre du désert, en mai 1942, et remplaça rapidement l'Ordnance QF 2 pounder comme canon anti-char, permettant de réaffecter l'Ordnance QF 25 pounder à son rôle d'artillerie de campagne. L'armée américaine adopta également le QF 6 pdr comme canon anti-char principal, sous le nom de 57mm Gun M1.
Le QF 6 pdr fut monté sur les chars Crusader III, Cavalier, Centaur I et II, Cromwell I à III, Valentine VIII à X et Churchill III et IV, ainsi que sur le char canadien Ram Mk II.

Type     canon anti-char
Date de création     1941
Durée de service     1942–1960
Caractéristiques techniques
Munitions     57×441mmR
Portée maximale     4600 m
Masse (non chargé)     1140 kg
Longueur du canon     Mk II, III : 2,45 m
Mk IV, V et M1 : 2,82 m
Viseur     No.22c

6 pdr gun.zip
Archives compressées en format ZIP 799.1 KB

TOG II British Heavy Tank.

Le TOG II qui conservait la transmission électrique du prototype Tog 1 fut achevé en mars 1941. Il était armé d'un canon de 17-pdr (76.2 mm) dans une toute nouvelle tourelle en forme de boîte et de deux canons de 2-pdr (40 mm) de chaque côté de la caisse. Un nouveau design fut appliqué aux chenilles. En avril 1943, un autre prototype avec certaines modifications fut réalisé: commandes finales, adoption d'une suspension à barres de torsion. Les tests furent effectués en mai 1943.
Le poids de ces véhicules approchait les 80 tonnes et ils pouvaient tout juste atteindre les 14 km/h sur terrain dur et les 6.5 km/h en tout terrain. La longueur de la caisse (10.13 m) posait également problème lors des manoeuvres. Le blindage variait entre 12 et 62 mm. L'équipage était de 6 hommes. Ces chars avaient été conçus selon des spécifications qui étaient déjà obsolète en 1940 et c'est logiquement que la War Office n'effectua aucune commande de ce char. Il fut remplacé par le Churchill.

Type: Char lourd
Equipage: 6 (Commandant, canonnier, 2 chargeurs, pilote, co-pilote)
Moteur 1 Paxman diesel generator de 600 Cv
Longueur : 10.00 m
Largeur  3.10 m
Hauteur: 3.00 m
Poids : 80 tonnes
Blindage Maximum: 228 mm - Minimum: 178 mm
Vitesse maximale: 13 km/h
Suspension: unsprung
Armement principal 1 canon QF 17 pdr (76.2 mm gun)
Secondaire: 2 pdr (40 mm) .

2 versions présentée:

- TOG II standard

- TOG II modernization.

 

TOG II et TOG II modern.zip
Archives compressées en format ZIP 4.1 MB

Char Lourd FCM-2C BIS.

En 1926, un char 2C fut converti en char 2C-bis, un véhicule expérimentale armé d'un obusier de 155 mm dans une tourelle moulée, et doté de deux nouveaux moteurs. Le char 2C-bis pesait dans les 74 tonnes. Cependant cette conversion fut provisoire et le char fut reconverti en char 2C lors de la même année. La tourelle fut installée sur la ligne Mareth en Tunisie.
Un autre exemplaire (le Lorraine) fut recuirassé pour pouvoir résister au canons anti-char allemands. Le blindage frontal atteignait les 90 mm et le blindage latéral atteignait les 65 mm, poussant le poids du char à 75 tonnes.

Char FCM 2C Bis.zip
Archives compressées en format ZIP 1.9 MB

M5A1 (Us) ou Stuart VI (G.B).

Le Stuart était un char léger américain de la deuxième guerre mondiale  très utilise il connu plusieurs variante dont le M5 Stuart qui était le successeur des M3 Stuart il était assemblé sur les chaînes du M3 Stuart.
Ce qui différenciait M5 du M3 est son châssis arrière surélevé pour permettre l'ajout des moteurs Cadillac double.
Les Stuarts aura une dernier version, la M5A1 (qui était aussi appelle par les anglai le Stuart VI) qui dispose d’une nouvelle tourelle plus grande à l'arrière pour l'installation d'un système radio.

    Équipage : 4 hommes
    Armement : 1 canon de 37 mm M6 et 2 Browning M1919A4 de .30-06 US (7,62 mm)     comme mitrailleuses coaxiale et de DCA
    Blindage : 12-67 mm
    Dimensions en m (L/l/h) : 4,34/2,3/2,25
    Masse au combat : 14,969 t
    Motorisation : Cadillac Twin (2 V-8 à essence refroidis par eau) développant 178 kW (242 ch)
    Puissance massique : 16,1 ch/t
    Vitesse (route/tout terrain) en km/h : 58/30
    Autonomie sur route : 160 km
    Passage de gué : 0,9 m
    Production 9000 exemplaires (M5-M5A1)

stuart.zip
Archives compressées en format ZIP 1.0 MB

Char Renault FT-17.

Le Char Renault FT-17 est le char français le plus connu de la Première Guerre mondiale. Il en fut produit près de 3 500 exemplaires. Ce char influença énormément l'industrie de l'armement à travers le monde en fixant le type même du char de combat, par l'emploi d'un armement en tourelle. Il est resté en service dans l'armée française jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale, et fut même utilisé, par la suite, par la Wehrmacht, à des tâches de maintien de l'ordre pendant l'Occupation et pour l'entraînement.
Les chars FT-17 furent aussi utilisés au début de la Seconde Guerre mondiale, entre autres par la France et la Pologne, bien qu'ils fussent complètement obsolètes. Il en existait encore 2 850 au 1er septembre 1939, dans l'armée française, et la Wehrmacht en récupéra 1 704 exemplaires à l'armistice de 1940. L'armée d'occupation l'utilisa encore pour des opérations de maintien de l'ordre pendant le soulèvement de Paris en août 1944.
Il existe deux variantes , le FT-17 femelle avec une mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914 8 mm (4 800 coups) - environ 3/5 des chars produits, et le FT-17 mâle avec un canon court de 37 mm Puteaux SA-18 - environ 1/3 des chars produits.
Il est également connu comme FT-18 et vendu sous ce nom à l'exportation.

Équipage     2 hommes (1 chef de char et 1 conducteur)
Longueur     4,95 m
Largeur     1,73 m
Hauteur     2,13 m
Masse au combat     6,7 tonnes
Blindage et armement
Blindage     6 à 22 mm
Armement principal     canon de 37 mm SA18
Mobilité
Moteur     Renault, 4 cyl essence de 4,48 litres
35 ch (26 kW)
Vitesse sur route     7,7 km/h
Puissance massique     5 ch/tonne
Autonomie     35 km

FT17.zip
Archives compressées en format ZIP 4.5 MB

Char T28 modèle 1933.

Le T-28 est un char d'assaut moyen soviétique dont le rôle était le soutien de l'infanterie, lors de l'attaque de zones défensives fortifiées. Il est conçu pour soutenir le char lourd T-35, dont il partage de nombreux éléments.
Le T-28, comme le T-35, met en œuvre la doctrine du char de rupture à plusieurs tourelles.
D'une taille plus raisonnable que le T-35, le T-28 possède seulement une tourelle principale armée d'un canon court de 76,2 mm et deux petites tourelles monoplaces permettant d'engager l'infanterie sur l'avant avec une mitrailleuse de 7,62 mm.
Si son emploi en 1941 allait démontrer la faiblesse du T-28 par rapport aux chars modernes, lorsqu'il apparaît au début des années 1930, ce char est sans équivalent au monde. Il est l'un des rares chars moyens employés en unité de combat. À titre de comparaison, l'armée française ne dispose que de FT-17, et la Wehrmacht ne possède elle aucun char.

Équipage     6
Longueur     7,44 m
Largeur     2,81 m
Hauteur     2,82 m
Masse au combat     27,8 tonnes
Blindage et armement
Blindage     30 mm
Armement principal     76,2 mm KT28 avec 70 coups
Armement secondaire     5 mitrailleuses DT de 7,62 mm avec 7938 coups
Mobilité
Moteur     V12 essence M17T
500 ch (367,7 kW)
Vitesse sur route     45 km/h
Puissance massique     18 ch/tonne
Autonomie     220 km

t-28.zip
Archives compressées en format ZIP 5.0 MB

Tank Cruiser Mk III "Crusader".

Le Crusader est un char de combat britannique de la Seconde Guerre mondiale. Il fut le char Cruiser le plus construit (5 300 exemplaires). Très utilisé en 1942 en Libye et en Égypte, il ne pouvait égaler le Panzer IV allemand sauf à petite distance, où son canon était aussi efficace.
En raison des délais de fabrication du char Cavalier, le Crusader fut le premier blindé britannique à recevoir le canon Ordnance QF 6 pounder. Cela obligeait à supprimer le poste du pourvoyeur, le chef de char devant jouer aussi ce rôle. Le Crusader III connut son baptême du feu à la seconde bataille d'El Alamein (octobre 1942).
À la fin de la guerre du désert, l'existence de meilleurs chars comme le Sherman M4 et le Cromwell relégua le Crusader à des tâches secondaires comme affût d'armes anti-aérienne ou tracteur d'artillerie. Il fut utilisé de cette manière jusqu'à la fin de la guerre

Équipage     : 3 (chef de char, tireur, pilote)
Longueur     5,97 m
Largeur     2,77 m
Hauteur     2,24 m
Masse au combat     19,1 à 20,1 tonnes
Blindage et armement
Blindage     Mk I : 26 mm
Mk II et III : 32 mm
Armement principal     Mk I et II : canon Ordnance QF 2 pounder (40 mm) 110 obus
Mk III : canon Ordnance QF 6 pounder (57 mm) 65 obus
Armement secondaire     1 ou 2 mitrailleuses Besa
5 000 balles (max.)
Mobilité
Moteur     Nuffield Liberty L-12
340 ch (254 kW)
Suspension     suspension Christie
Vitesse sur route     42 km/h sur route
24 km/h en tout-terrain
Puissance massique     17,2 à 18 ch/t
Autonomie     322 km

crusader_III.zip
Archives compressées en format ZIP 2.5 MB

Char de rupture FCM 2C.

Le char FCM 2C, est un char lourd conçu à la fin de la Première Guerre mondiale. Sa masse le handicapait et éprouvait sa mécanique imposant des déplacements par voie ferrée. Il n'a jamais pu être employé au combat. Ce char lourd et fortement armé devait pouvoir traverser des tranchées de 4,25 m - soit la largeur d'une écluse des canaux du Nord de la France - et écraser les points d'appuis ennemis sans l'appui de l'artillerie.
Lors de l'entrée de la France dans la Seconde Guerre mondiale, les huit chars en service sont regroupés dans le 51e bataillon de chars sous le commandement du commandant Fournet.
Le 12 juin 1940, le 51e bataillon de chars  comprenant huit chars FCM 2C reçoit l'ordre d'embarquer sur voie ferrée. Deux chars tombent en panne à Mainville (le no 95) et à Piennes (le no 92). Les six chars restant embarquent le 13 dans la gare de Landres à bord de deux trains. Dans la nuit du 13 au 14, ceux-ci subissent un bombardement imprécis de la Regia Aeronautica Italiana. Après moult péripéties montrant la désorganisation des forces françaises durant la bataille de France, ils durent être sabotés par leurs équipages le 15 juin 1940 à 19 h alors que les trains qui les transportaient se trouvaient coincés dans une courbe derrière cinq autres trains eux-mêmes bloqués par un convoi de carburant en flammes à l'entrée du village de Meuse, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Neufchateau .
Un seul char dont la mise à feu des charges n'avait pas fonctionné (le no 99) a été pris par le 10e Panzerregiment de la 8e Panzerdivision et envoyé en Allemagne dans la région de Berlin, une rumeur dit qu'il a été récupéré par l'Armée rouge à la fin de la guerre et envoyé en URSS.
Avec un équipage de douze hommes, une masse de 68 tonnes, et une hauteur de 3,8 m, c'est probablement le char le plus lourd qui soit jamais devenu opérationnel au XXe siècle.

Année de conception     1921
Constructeur     Forges et Chantiers de la Méditerranée
Production     10
Caractéristiques générales
Équipage     12
Longueur     10,27 m
Largeur     3 m
Hauteur     3,8 m
Masse au combat     68 tonnes
Blindage et armement
Blindage     45 à 22 mm
Armement principal     canon APX 1897 de 75 mm
Armement secondaire     4 mitrailleuses Hochkiss de 8 mm
Mobilité
Moteur     2 Maybach
2 x 250 CV
Vitesse sur route     12 km/h
Puissance massique     9,5 ch/tonne
Autonomie     140 km (sur route)

char FCM 2C.zip
Archives compressées en format ZIP 2.0 MB

Char B1 Bis.

Le char B1 est un blindé lourd, conçu par la France au cours des années 1930.
Bien qu'engagé en urgence, et dans un rôle pour lequel il n'a pas été conçu, le B1 bis posa de très nombreux problèmes aux troupes allemandes, son épais blindage résistant à toutes les armes antichar. Les Allemands durent alors improviser pour le mettre hors de combat, en utilisant leurs pièces d'artillerie en tir tendu, en particulier les canons antiaériens de 88 mm (Le B1 bis nommé Jeanne d'Arc, par exemple, encaissa 90 impacts avant d'être incendié par un 88). Malgré cette supériorité écrasante, tous les défauts du B1 bis et des divisions cuirassées empêchèrent la relative impunité des B1 d'avoir une influence sur le cours de l'offensive allemande.

Équipage     4
Longueur     6,37 m
Largeur     2,46 m
Hauteur     2,79 m
Masse au combat     31,5 tonnes
Blindage et armement
Blindage     40 mm, puis 60 mm à l'avant et 55 mm sur les flancs
Armement principal     canon SA35 de 47 mm et 75 mm en casemate
Armement secondaire     deux mitrailleuses MAC31 de 7,5 mm
Mobilité
Moteur     Renault aviation de six cylindres en ligne
307 ch (225,8 kW)
Suspension     bougies à ressorts horizontaux et verticaux.
Vitesse sur route     35 km/h
Puissance massique     9,5 ch/tonne
Autonomie     340 km

Char B1 bis.zip
Archives compressées en format ZIP 5.4 MB

Char M4A2 Sherman III Duplex Drive "Donald Duck".

La jupe flottante relevée et les hélices du char mises en route, le véhicule blindé peut atteindre la vitesse de quatre noeuds par temps calme. Ce char, dénommé Duplex Drive, porte les initiales D.D. Les militaires américains et britanniques surnomment rapidement ce char "Donald Duck" en rapport avec ses initiales et sa capacité de flotter sur l'eau.
Lorsque le char DD atteint le rivage, la jupe flottante est abaissée et le blindé retrouve ses propriétés terrestres, appuyant ainsi l'infanterie au plus près lors d'un débarquement ou d'un franchissement de fleuve.
Utilisés pendant le débarquement de Normandie et lors des franchissements du Rhin, les chars Duplex Drive permettent de disposer d'une tête de pont à forte puissance de feu, sans employer de moyens extérieurs (navires, ports...) susceptibles de ne pas être disponibles.
Mais les Duplex Drive peuvent difficilement naviguer par une mer démontée, comme c'est le cas pendant le débarquement de Normandie, et la plupart des engins déployés sur Omaha Beach coulent à pic, parfois avec leur équipage.

 

Longueur : 5,92 m
Largeur : 2,62 m
Hauteur : 2,74 m
Masse : 31 800 kg
Vitesse maximale sur terre : 34 km/h
Vitesse maximale en mer : 4 noeuds
Autonomie : 160 km
Armement principal : canon de 75 mm M3
Armement secondaire : une mitrailleuse Browning en 7,62 mm pour le copilote, une mitrailleuse Browning en 7,62 mm dans l'axe du canon depuis la tourelle, une mitrailleuse Browing en 12,7 mm antiaérien
Moteur : moteur diesel GM 6046 de 410 chevaux
Consommation : 279 litres au 100 kilomètres
Equipage : 5 personnes (1 chef de char, 1 pilote, 1 co-pilote et mitrailleur, 1 opérateur radio et chargeur)
Blindage coque : 50 mm avant, 38 mm arrière, 38 mm flancs
Blindage tourelle : 75 mm avant, 50 mm arrière, 50 mm flancs

IL Y A 3 PARTIES DU SHERMAN DD A TELECHARGER.
1- LA CAISSE

2- LA TOURELLE

3- LA JUPE ETANCHE.

La tourelle étant séparée de la caisse, il est donc possible de la tourner dans toute les directions.

 

jupe dupleix drive.zip
Archives compressées en format ZIP 3.9 MB
sherman caisse.zip
Archives compressées en format ZIP 4.6 MB
sherman tourelle.zip
Archives compressées en format ZIP 330.9 KB

Light Tank M3 Stuart.

Le Char M3 Stuart (ou Light Tank M3) est un char léger produit par les États-Unis au cours de la Seconde Guerre mondiale et aussi utilisé par les forces britanniques et du Commonwealth.
Alors qu'en 1940 la guerre s'embrase en Europe, les Etats-Unis décident de renforcer leur puissance de feu et notamment en matière de véhicule blindés. Le char léger M2 étant jugé dépassé, les ingénieurs américains mettent au point le char léger M3 Stuart.
Le premier prototype est mis au point au mois de juillet 1940 et il est adopté par l'armée américaine qui fait lancer la production du char M3 en mars 1941. Les principales modifications par rapport au char léger M2 résident dans le fait que le M3 Stuart possède un blindage bien plus important.
Différents modèles américains du char M3 Stuart se succédent tout au long de la guerre, tandis que les Britanniques produisent leur propre version du char M3, dénommé "Honey", et qui est également amélioré au cours de la Seconde Guerre mondiale, des modèles Stuart I à Stuart V.
Principalement utilisé pour effectuer des missions de reconnaissance, le char léger M3 Stuart est également envoyé au combat afin d'appuyer les actions d'infanterie. Le châssis du Stuart sert à l'élaboration du canon automoteur M8 Scott de 75 mm, employé pour faire progresser l'appui d'artillerie au rythme des blindés et de l'infanterie

Équipage     4 (chef de char, tireur, pilote et co-pilote)
Longueur     4,5 m
Largeur     2,46 m
Hauteur     2,3 m
Masse au combat     14 700 kg
Blindage et armement
Blindage     13 à 51 mm
Armement principal     1 canon de 37 mm (174 obus)
Armement secondaire     3 Mitrailleuses Browning de 7,62 mm (7 500 balles)
Mobilité
Moteur     Wright (Continental) refroidi par air
250 ch (186 kW)
Suspension     ressorts verticaux en spirales
Vitesse sur route     58 km/h (30 en tout terrain)
Puissance massique     17,82 ch/tonne
Autonomie     120 km
Exemplaires construits : + de 25000 toutes versions confondues.

Stuart M3.zip
Archives compressées en format ZIP 1.4 MB

Quad gun tractor Morris

À la demande du ministère de la guerre britannique, Guy Motor développa et délivra en avril 1938 un tracteur d'une forme très unique pour tirer les 18 et 25 Pdr. Le véhicule, qu'on appela la fourmi et qui avait l'air d'un véhicule blindé, avait une bonne clairance pour améliorer ses aptitudes tout terrain, empattement court pour augmenter son braquage, et le siège du conducteur le plus en avant possible pour augmenter la vision du conducteur. L'arrière du véhicule était coupé pour faciliter la manœuvre avec le canon accroché à l'arrière et il pouvait accommoder 6 hommes. Ces caractéristiques nécessairement résultèrent en un véhicule d'une forme unique. Ils furent produits en très grands nombres par Ford autant que GM. au Canada. Ils furent utilisés sur tous les fronts alliés.

Année de conception     1937
Constructeur     Morris et d'autres
Unités produites     10 000
Caractéristiques générales
Équipage     1 conducteur + 5 passagers
Longueur     4,49 m
Largeur     2,21 m
Hauteur     2,26 m
Masse au combat     3,4 tonnes
Blindage et armement
Blindage     aucun
Mobilité
Moteur     Morris EH 4 cylindres, 3,5 litres diesel
70 ch (52,2 kW)
Transmission     4 roues motrices
Vitesse sur route     80 km/h
Puissance massique     20,6 ch/tonne
Autonomie     260 km

Quad gun tractor.zip
Archives compressées en format ZIP 914.1 KB

Ambulance Austin K2

Peint aux couleurs vert olive de l’armée britannique, ce “Katy” est marqué comme étant de la 3ème division d’infanterie qui combattit pendant la Chute de la France en 1940 et pendant le débarquement de Normandie en 1944.
 Ce véhicule peut transporter 4 brancards ou 10 personnes assises. Mais, n'oublions pas qu'il s'agit d'un véhicule de fabrication anglaise, donc le conducteur est à droite !

    Nationalité : Britannique
    Nombre d'exemplaires : 13 000
    Poids en charge : 7 750 kg
    Longueur : 5.49 m
    Hauteur : 2.79 m
    Largeur : 2.21 m
    Equipage : 2
    Blindage : aucun
    Moteur : Un Austin de 6 cylindre, de 3,462 litres de cylindrée et de 60 ch à 3 000 trs/min
    Boite de vitesse : 4 Av et 1 Ar
    Capacité : Quatre blessés sur civières ou dix sur pied
    Vitesse maxi : 80 km/h

Austin K2 ambulance.zip
Archives compressées en format ZIP 934.9 KB

LVT-(A) 4

Le LVT 4 armé d'une tourelle avec obusier entre en service en mars 1944.

Utilisés en Europe lors de la bataille de l'Escaut où les Allemands avaient inondés les terres en ouvrant les digues ou encore aux nombreux débarquements amphibies de la guerre du Pacifique pour comprendre l'importance d'un tel véhicule.
La bataille de l'Escaut, aussi connue sous le nom de bataille des digues, est une série d'opérations militaires de la Seconde Guerre mondiale, menées dans le cadre d'une guerre d'usure imposée par les Allemands, qui se sont déroulées au nord de la Belgique et au sud-ouest des Pays-Bas, entre le 2 octobre 1944 et le 8 novembre 1944.

Armement : 1 obusier de 75mm, 2 mitrailleuses de 7,62 mm et 1 de 12,7 mm
Blindage : 7 à 25mm 

Equipage : 5 hommes
Longueur : 7,95 m

Largeur : 3,25 m.

Hauteur : 3,33 m 

Poids 17 t.
Moteur : Continental W970-9A    

Vitesse : 40 km/h au sol et 11 km/h sur l'eau   

LVT-(A) 4.zip
Archives compressées en format ZIP 6.8 MB

Draisine blindée soviétique MBV-2

Automotrice blindée soviétique armée de 3 tourelles rotatives équipées de canon de 76mm.

Certains modèles sont armés de tourelle standard de T34 calibre 76 et même 85mm.

Cette draisine de presque 70t a été construite à plus de 250 exemplaires.

MBV-2 camo.zip
Archives compressées en format ZIP 3.0 MB