Unterseeboot typ XXI Elektroboat (le dernier loup gris)

Pour plus d'explications sur ce typ XXI consulter :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Unterseeboot_type_XXI

 

For more information on this  typ XXI visit here :
http://en.wikipedia.org/wiki/Type_XXI_submarine

typ XXI.rar
Archive de donnée comprimée 9.8 MB

German E-Boat type S.18 1939.

Généralement Schnellboot ou S-Boot ("bateau rapide"), est la désignation pour les vedettes lance-torpilles de la marine allemande depuis 1932. En particulier, elle s'applique à ce type de bateau qui servit pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Schnellboot s'appelait alors un E-boat (E-bateau) par les Alliés. Il est communément admis que le « E » signifie « ennemi », mais il est possible qu'il se tenait pour "Eilboot" ("bateau pressé" ).
En 1930 le département d'étude de la Kriegsmarine reprit le design du yacht rapide Oheka II construit pour un client Américain, et du Lür, afin de dessiner la nouvelle génération de VLT. Ce fut, en 1930, le S1, construit par Lürssen, comme tous ceux qui suivirent jusqu'en 1945. Il fut suivi par les S2 à 5, tous envoyés en 1938 à l'Espagne Nationaliste. Ces premières unités longues de 27 mètres pour 40 à 46 tonnes filaient 34 à 33,8 noeuds mais tous possédaient seulement deux tubes lance-torpilles pour deux en réserve. Ceux du groupe 701 de 1944 en auront quatre prêts à tirer, en tubes de proue et fixés obliquement sur le pont arrière. Les premières séries de 4 unités S6 à 9, S10 à 13, S14 à 17, et les huit du groupe des S18 étaient en service en 1939. Ils passaient de 32,40 à 34,62 mètres et de 80 à 92 tonnes à vide. Ils filaient 35 à 37 noeuds.

Déplacement     115 t. standard
Dimensions     37 m long, 5,50 m large, 1,30 m de tirant d'eau
Machines     2 diesels MAN, 1800 cv.
Vitesse maximale     21 noeuds
Blindage     Néant
Armement     2 canons de 20 mm
Equipage     34marins et officiers
   

E-boat type s11.zip
Archives compressées en format ZIP 9.1 MB

Unterseeboot type IXB.

Le Type IX fut conçu pour la guerre sur les océans. Inspiré du Type II, il en différait par une coque double qui, en augmentant le volume intérieur utile, réduisait l'impact des ondes de choc sur la coque intérieure et améliorait les capacités de survie.De meilleures conditions de vie à bord permettaient en outre des opérations de longue durée. Le nombre de torpilles embarquées ( vingt -deux) était de 50 % supérieur à celui du Type VIIC. Le calibre du canon passa de 88 mm à 105 mm.Le principal objectif des différents Type IX était de satisfaire un besoin de plus grande autonomie.
De 19 500 km en surface à 10 nœuds avec les 8 bâtiments du Type IXA, elle passa, avant septembre 1939, à 22 250 km avec le premier des 14 Type IXB pour atteindre 25 000 km avec les 149 Type IXC et Type IXC-40 légèrement modifié.
Dès le début des hostilités, les Type IX furent asssignés à l'Atlan­tique ouest et à l'Atlantique sud. Ils infligèrent, de pair avec les Type VIIC, de lourdes pertes aux Alliés sur toute la côte est des Etats-Unis et jusqu'aux Caraïbes avant la mise sur pied du système des convois.

Longueur : 76,80 m
Largeur : 6,80 m
Déplacement surface :     1113 T
Déplacement plongée :     1272 T
Vitesse surface :     18 Noeuds
Vitesse plongée :     7,3 Noeuds
Rayon d'action :     12.000 Milles à 10 Noeuds (surface)
                        64 Milles à 4 Noeuds (plongée)
Equipage :     5 officiers 44 Hommes
Armement :     6 tubes lance-torpilles de 553 (4 AV - 2 AR) et 22 torpilles
                + 1 canon de 105 mmm + 1 canon 37mm + 1 Canon 20mm
Contrairement aux type VII, les type IX garderont le canon de pont jusqu'a la fin de la guerre.

TYPE IXB periscope down.zip
Archives compressées en format ZIP 4.5 MB
TYPE IXB periscope up.zip
Archives compressées en format ZIP 4.5 MB

Motoscafi Anti Somergibli Série MAS-526, 1938.

L'un des emblèmes de la réussite technique des Italiens fut la conception d'excellentes vedettes lance-torpilles, les fameuses Motobarco Armata Silurante ou Motoscafi Anti Somergibli, (M.A.S.), effectivement au départ conçues comme des patrouilleurs rapides adaptés à la lutte contre les submersibles .
C'est en 1936 que débute la première série importante: Il s'agit de la classe MAS 501, 25 unités dont la dernière est opérationnelle en 1937, suivie de la série MAS 526 en 1938-39 (25 également), et MAS 551/555 en 1941 (30). Ces unités connaîtront des sorts très divers, certains furent réutilisés par les Allemands après novembre 1943, d'autre sous les couleurs des Forces Italiennes libres aux côté des alliés en 1944. Ils connurent cependant moins de succès en opérations que leurs ancêtres de la grande guerre. On leur préférait des vedettes encore plus légères, les MTSM et MTSMA.
Au total donc, 130 unités relativement disparates sernt construites.

Déplacement     18,7 t.
Longueur     18,7 m
Largeur          4,6 m
Tirant d'eau     1,4 m
Motorisation      2 moteurs V12 Isotta-Fraschini de  2300 cv et 2 hélices
Vitesse maximale 43 noeuds
Blindage     Aucun
Armement     2 torpilles de 450 mm, 1 canon de 20 mm AA, 10 DC
Equipage     13 officiers et marins

MAS.zip
Archives compressées en format ZIP 2.5 MB

Schnellboot Typ S-100

Généralement Schnellboot ou S-Boot ("bateau rapide"), est la désignation pour les vedettes lance-torpilles de la marine allemande depuis 1932.
Le S-boot est beaucoup plus grand que le PT boat américain et le Motor Torpedo Boat britannique. Le S-Boot est mieux adapté à la mer ouverte et d'une portée beaucoup plus longue (environ 700 milles nautiques).

Déplacement: 92.5 tW - 115 t (pleine charge).
Longueur: 34.94m, largeur: 5.10m, tirant d'eau: 1.52m.
Propulsion: 3 moteurs Daimler-Benz diesel.
Puissance: 6 000 , vitesse: 39,5 noeuds.
Armement:
- 2 TLT de 533 mm. ( 4 torpilles )
- 3 canons de 2-cm Flak 38 et 1 canon de 37 mm Flak 36.
Equipage: 34 officiers et matelots.

Schnellboot S-100.zip
Archives compressées en format ZIP 4.6 MB
Schnellboot artic camo.zip
Archives compressées en format ZIP 5.4 MB
Schnellboot Erika.zip
Archives compressées en format ZIP 5.6 MB

U-BOOT type VII D/42

Version améliorée du fameux VIIlC. Ils étaient plus légers de quelques tonnes. Toutes les 70 unités construites reçurent en plus un canon double de 20 mm AA à la place de leur affût simple initial, certains perdirent leur canon de 88 mm.
 En effet, les attaques de surface devenaient trop risquées: Les escorteurs, nombreux, guettaient et étaient dotés de redoutables "Hedgehog", lance-roquettes ASM, l'arme absolue contre tout U-Boote sur le point de plonger...

u-boat.zip
Archives compressées en format ZIP 1.2 MB

U-BOOT Type VII artic camo

u-boat artic camo.zip
Archives compressées en format ZIP 1.6 MB

U-BOOT Type VII atlantic camo

u-boat camo.zip
Archives compressées en format ZIP 1.6 MB

U-BOOT type VII loading Torpedo

U-BOAT LOADING TOPEDO.zip
Archives compressées en format ZIP 5.3 MB

HIJMS ”HIRYU” (1942) .

Le Hiryu (en japonais « dragon volant ») était un porte-avions de classe Soryu servant dans la Marine Impériale Japonaise. Il fut l'un des protagonistes de l'attaque surprise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941 et fut coulé par l'aéronavale américaine à la bataille de Midway le 5 juin 1942.
Le navire fut construit suivant les spécifications du traité de Washington qui fixait des limites en tonnage et en armement pour ce type de bâtiments. La conséquence en fut que le Hiryu et le Soryu étaient des porte-avions de flotte relativement petits pour l'époque.
Comparé à son sister-ship le Soryu, le Hiryu était plus large d'environ un mètre, jaugeait 2 000 tonnes de plus et avait un îlot placé à bâbord du pont d'envol et décalé vers la poupe.
Le 4 juin 1941 le porte-avions fut attaqué par 13 bombardiers en piqué de l'USS Enterprise (CV-6) à 17 h 3. Il fut touché par quatre bombes de 1 000 livres (500 kg) qui détruisirent l'ascenseur avant et la partie avant du pont d'envol, incendiant le hangar principal.
Le porte-avions était toujours à flot mais les incendies gagnaient du terrain et furent rapidement hors de contrôle. À 21 h 23, il tomba en panne et le 5 juin à 1 h 58, il fut secoué par une énorme explosion. L'ordre d'abandon fut donné peu après et les survivants furent évacués vers les destroyers Kazagumo et Nakigumo. Le contre-amiral Tamon Yamaguchi décida de rester à bord du navire qui fut achevé à 5 h 10 par le Makigumo, privant le Japon d'un de ses plus brillants tacticiens.

A servi dans la Marine impériale japonaise
Lancement     15 novembre 1937
Armé     5 juillet 1939
Statut     coulé par une attaque aérienne américaine lors de la bataille de Midway, le 5 juin 1942
Caractéristiques techniques
Type     Porte-avions
Longueur     222 mètres
Maître-bau     21 m
Tirant d'eau     7,44 m
Déplacement     15 900 tonnes
Port en lourd     19 500 tonnes
Propulsion     turbines Kanpon, 4 hélices
Puissance     152 000 ch
Vitesse     34,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement     12 canons de 127 mm, 31 canons anti-aériens de 25 mm (en 7 affuts triples et 5 doubles)
Aéronefs     57 (+16) appareils
Autres caractéristiques
Équipage     1 250 officiers et marins

hiryu.zip
Archives compressées en format ZIP 2.6 MB

Artilleriefährprahm Typ A-C, 3. Ausführung (AF A-C3)

Barge d'escorte de la Kriegsmarine type AF A C3 équipée de deux canons de 8,8 cm SKC 35 sous tourelle, de deux 2 cm Vierlingslafette 38 FLAK et d'un 3.7 cm S.K.C/30U in Ubts.L.C/39.

Ces navires ( anciennes péniches fluviales transformées) escortaient les convois lents en mer ou les trains de péniches sur la Seine.

Voir l'excellent site ( en allemand) ci-joint pour plus de détail.....

http://historisches-marinearchiv.de/projekte/landungsfahrzeuge/artilleriefa...

ATTENTION :

Téléchargement en 2 parties

- la barge

- l'armement

Utiliser les marqueurs rouge et blanc pour joindre les 2 parties.

PENICHE FLAK.zip
Archives compressées en format ZIP 10.5 MB
peniche guns.zip
Archives compressées en format ZIP 4.8 MB

Yamato (大和).

Le Yamato était un cuirassé de premier rang de la marine impériale japonaise, et le premier de la classe Yamato.
Avec son jumeau le Musashi, le Yamato était le plus grand des cuirassés jamais construits, déplaçant 65 027 tonnes, et armés de pièces de 457 mm, le plus gros calibre jamais monté sur un navire de guerre.
Deux autres modèles étaient prévus, mais le troisième, le Shinano, fut transformé en porte-avions et la construction du dernier simplement annulée.
Sa dernière mission fut l'opération Ten-Go, dans le contexte de la bataille d'Okinawa, début avril 1945. Le Yamato fut envoyé en mission suicide attaquer la flotte américaine qui soutenait le débarquement des troupes sur l'ouest de l'île. Le plan consistait à causer un maximum de dégâts aux navires de soutien, puis à aller s'échouer pour servir de batterie côtière avant de faire sauter le navire. Le 6 avril, le Yamato, avec un équipage renforcé, quitta le port de Tokuyama avec son escorte. La flottille fut repérée par des sous-marins le lendemain faisant route au sud. La Task Force 58 lança 386 avions pour l'intercepter, qui engagèrent le combat en début d'après-midi. Le pilote Francis Ferry avec son Helldiver plongea vers 12h sur sa cible et lança ses roquettes et ses deux bombes de 450 kg qui explosèrent à l'avant et à l'arrière du pont. Par la suite des TBF Avenger lancèrent leur torpille. Ainsi, le Yamato, frappé par au moins 8 bombes et 13 torpilles, explosa à 14 h 20. Il chavira sur bâbord et coula à quelque 200 km d'Okinawa. Environ 2 475 hommes d'équipages périrent et 269 survécurent.
L'épave gît à 300 m de profondeur, coupée en deux au niveau du magasin de la tourelle avant qui a explosé, et a été explorée en 1985 et 1999.

Commandé     Mars 1937
Quille posée     4 novembre 1937
Lancement     8 août 1940
Armé     16 décembre 1941
Statut     coulé le 7 avril 1945
Type     Cuirassé
Longueur     256 mètres à la ligne de flottaison
Maître-bau     36 m
Tirant d'eau     11 m
Déplacement     65 027 tonnes (à vide, dont 21 266 tonnes de blindage); 72 800 tonnes à pleine charge (estimation)
Propulsion     12 chaudières Kanpon, 4 turbines à vapeur,
Puissance     150 000 ch (110 MW) (estimation)
Vitesse     27 nœuds
Blindage     650 mm en tourelles
409 mm en ceinture
198 mm au pont
Armement     En 1941
     9 canons de 457 mm (montés en trois tourelles triples)
    12 canons de 155 mm (montés en quatre tourelles triples)
    12 canons anti-aériens de 127 mm (6 tourelles doubles)
    24 canons anti-aériens de 25 mm
    8 canons anti-aériens de 13 mm.
En 1945, deux tourelles de 155 mm, ainsi que tous les canons de 13 mm, avaient été démontées pour renforcer l'armement anti-aérien, qui se montait alors à 24 pièces de 127 mm (12 tourelles doubles) et 146 pièces de 25 mm (voir image en bas).
Aéronefs     7 appareils
Rayon d'action     11 500 km à 16 nœuds (30 km/h)
Équipage     2 750 hommes

YAMATO.zip
Archives compressées en format ZIP 7.0 MB

SMS Lützow.

Le SMS Lützow est un croiseur de bataille de classe Derfflinger construit par la Kaiserliche Marine. Il participa à la Première Guerre mondiale.
Le navire pris part à la bataille du Jutland où il resta célèbre pour avoir participé à la destruction du HMS Invincible mais, trop endommagé, il dû être abandonné en mer peu après.

A servi dans      Kaiserliche Marine
Quille posée     mai 1912
Lancement     29 novembre 1913
Armé     8 août 1915
Statut     1er juin 1916
Type     croiseur de bataille
Longueur     210,4 mètres
Maître-bau     29 mètres
Tirant d'eau     9,2 mètres
Déplacement     26 741 tonnes (31 200 pleine charge)
Propulsion     4 machines à vapeur à turbines (18 chaudières Schulz-Thorncroft)
Puissance     63 000 cv
Vitesse     26,4 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage     ceinture = 300 mm
                pont= 30 mm
                tourelle = 270 mm
                kiosque = 300 mm
Armement       (4X2) x 305 mm (cal.50)
               14 x 150 mm (cal.45)
               4x 88 mm (cal.35)
               4 tubes lance-torpilles (600 mm)
Rayon d'action     5 600 miles à 14 nœuds
Équipage     1 112 officiers et matelots
Chantier naval     Schichau Seebeckwerft- Dantzig

Lutzow.zip
Archives compressées en format ZIP 3.3 MB

TIRPITZ.

Le Tirpitz, ou Alfred von Tirpitz, fut le plus grand cuirassé à flot d'Europe et le plus grand navire de guerre de la Kriegsmarine. Il fut lancé par Adolf Hitler le 1er avril 1939 à Wilhemshaven.
Le bâtiment fut livré à la Kriegsmarine le 25 février 1941 malgré une finition encore imparfaite. De nombreux éléments furent achevés au premier mouillage au Faettenfjord (en Norvège, à proximité de la ville de Trondheim et à seulement 50 km de la frontière suédoise). À sa livraison, il était commandé par le capitaine de vaisseau Karl Topp.
Sister-ship du Bismarck (vainqueur - en une seule salve de canon - du croiseur de bataille britannique Hood), le Tirpitz menaçait clairement la puissance navale Britannique et le danger qu'il représentait immobilisa durant de long mois à Scapa Flow les plus grands navires de la Home Fleet. Le bâtiment effectua quelques raids sur la Baltique dans le but de couler les convois d'armement à destination de l'URSS, mais ces raids ne furent jamais très heureux.
Le Royal Air Force Bomber Command eut raison du Tirpitz le 12 novembre 1944 par une attaque avec des bombes Barnes Wallis perforantes de 6 tonnes. Contrairement aux espoirs de l'amiral Donitz, le navire, touché dans une réserve de munitions, chavira. L'absence d'équipage autre que les artilleurs et les techniciens indispensables à l'alimentation du navire réduisit les pertes humaines. Bon nombre de marins, coincés sous la coque retournée, furent sauvés grâce à la découpe de celle-ci, restée émergée du fait de la faible profondeur. On dénombra néanmoins 971 morts.

Commandé     1935
Quille posée     2 novembre 1936
Lancement     1er avril 1939
Armé     25 février 1941
Statut     coulé par une action ennemie le 12 novembre 1944
Caractéristiques techniques
Type     Cuirassé
Longueur     251 m
Maître-bau     36 m
Tirant d'eau     8,7 m
Déplacement     42.900 tonnes standard
52.600 tonnes à pleine charge
Puissance     163.026 ch
Vitesse     30,8 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage     ceinture = 320 mm
pont = 100-120 mm
tourelle =360 mm
kiosque = 145 mm
Armement     4 x 2 canons de 380 mm
6 x 2 canons de 150 mm
8 x 2 canons de 105 mm
8 x 2 canons de 37 mm
20 canons de 20 mm
8 tubes lance-torpilles de 533 mm
Aéronefs     4 Arado Ar 196 avec 2 catapultes
Rayon d'action     8.870 miles à 19 noeuds
Autres caractéristiques
Équipage     2.608 hommes

tirpitz.zip
Archives compressées en format ZIP 5.9 MB

Torpedobootzerstörer G101 class.

Déplacement et dimensions     1136 tonnes 1734 t PC ; 95,3 x 9,5 x 3,7 m.
Propulsion     2 hélices, 2 turbines Germania, 2 chaudières standard, 28 000 cv - 33,5 noeuds

Equipage 104 officiers et marins
Armement     4 canons de 88 mm, 6 TLT 500 mm ( 2x2, 2x1 ), 24 mines.

german destroyer.zip
Archives compressées en format ZIP 1.2 MB

Sous-marin I400 Type Sen Toku .

En mai 1942 la Marine impériale japonaise ordonna la construction d’une nouvelle classe de sous-marins, baptisée I-400. Ces submersibles devaient être capables de transporter un bombardier afin d’atteindre le continent nord-américain ou d’autres cibles stratégiques largement hors de portée de la flotte ou de l'aviation nippones.D'une longueur de 122m, jaugeant 5 670 tonnes avec un équipage de 144 hommes, capables de croiser à 18,7 nœuds (30 km/h) en surface et 14 nœuds (22,5 km/h) en plongée, ces sous-marins aptes à parcourir 69 500 km furent les plus gros jamais construits jusqu’en 1962, date à laquelle fut lancé l’USS Lafayette. La Marine Impériale japonaise utilisait déjà des avions de reconnaissance embarqués sur sous-marins, et le 9 septembre 1942 un Yokosuka E14Y1 Glen catapulté par le sous-marin I-25 largua 4 bombes au phosphore improvisées sur une forêt de l’Oregon. Mais un I-400 devait embarquer 3 hydravions d’attaque ( Seiran M6A1) dans un compartiment étanche de 30,5 m de long, les hydravions étant installés sur des chariots de catapultage et lancés au moyen d’une catapulte de 29,8 m de long située sur le pont avant du sous-marin. Celui-ci disposait également de 8 tubes lance-torpilles de 533 mm ( 20 torpilles) d’un canon de 140 et de 10 canons anti-aériens de calibres divers.

I-400 U-Boat.zip
Archives compressées en format ZIP 5.7 MB

Kleinst-U-Boot Biber.

Le Biber est le plus connu des ''Sous-marins de poche'' utilisés par la Kriegsmarine, la marine du 3e Reich, durant la 2e G.M. Le développement du Biber fut extrèmement rapide. Sa conception débuta en février 1944 et les premiers exemplaires prirent la mer 6 mois plus tard. D'une longueur de 9 mètres seulement, il avait une autonomie de 240 km et pouvait atteindre une vitesse maximale de 6,5 noeuds en immersion et 5,3 noeuds en surface. Le Biber aurait pu être armé de deux torpilles de 530mm installés à l'extérieur ou de deux mines. L'équipage se limitait à un seul homme. La mission du Biber était simple: défendre les côtes lors d'une possible, voire très probable, invasion alliée. Cependant, le Biber ne constitua jamais une menace sérieuse pour les alliés du fait de ses défauts de construction et de l'inexpérience de ses équipages, insuffisamment entraînés pour des missions de combat. Néanmoins, de 1944 à la fin de la guerre, la Kriegsmarine prit livraison et utilisa en opération plus de 300 Bibers.

Longueur     9,035 m
Largeur     1,57m
Déplacement     6,3t
Equipage        1
Propulsion:     32 hp (24 kW) Otto petrol engine,
                13 hp (9.7 kW) electric motor,
performance     13 ch (10 kW)
Vitesse     6.5 knots (12.0 km/h) en surface
                5.3 knots (9.8 km/h) sen plongée
Autonomie    Environ 100 milles marins en surface
                ou  85 milles en plongée
Profondeur max. 20 m
armement        deux torpille du type G7 ou TIIIc de 533mm

biber.zip
Archives compressées en format ZIP 233.7 KB

U-96 et U-570 (plusieurs versions).

U-96 periscope down.zip
Archives compressées en format ZIP 4.3 MB
U-96 periscope up.zip
Archives compressées en format ZIP 2.5 MB
U-570 periscope down.zip
Archives compressées en format ZIP 1.8 MB
U-570 periscope up.zip
Archives compressées en format ZIP 1.8 MB
type VIId.zip
Archives compressées en format ZIP 680.1 KB

Unterseeboot type XXIII.

Ces unités côtières devaient représenter la dernière défense du IIIe Reich en mer, des sous-marins rapides et silencieux car dotés d'une turbine du nouveau modèle électrique à grande puissance, (deux sur les XXI), emportaient juste deux tubes externes lance-torpilles sans recharges, et avaient un rayon d'action limité et une construction très simplifiée.
Il s'agissait de véritables sous-marins "jetables", capables d'êtres produits en masse par toutes sortes d'ateliers fluviaux et d'usines sous blockhaus sur le modèle des chaînes de montage pour les type XXI océaniques. Mais sur 63 unités effectivement terminées, seule une poignée arrivèrent à faire des sorties offensives.

Déplacement     203 t. standard -254 t. Plongée
Dimensions     34,60 m long, 3,40 m large, 4,30 m de tirant d'eau
Machines     1 hélice, 1 diesel, 1 moteur électrique silencieux, snorchel, 580 / 615 cv.
Vitesse maximale     15 noeuds surface / 22 noeuds plongée
Blindage     Néant
Armement     2 TLT 533 mm (avant, 2 torpilles)
Equipage     14

U-Boat Type XXIII.zip
Archives compressées en format ZIP 3.6 MB

Flugzeugträger "Graf Zeppelin".

Le Graf Zeppelin était un porte-avions de la marine de guerre allemande. Il était le seul porte-avions de l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale.
Sa construction fut commandée le 16 novembre 1935 et débuta le 28 décembre 1936, au chantier Deutsche Werke de Kiel. Mis à la mer le 8 décembre 1938, il ne fut jamais entièrement complété ni mis en service actif et ne participa donc pas aux combats.
Le Graf Zeppelin avait un pont de vol droit, l'îlot sur le côté droit, 3 élévateurs et 2 catapultes. Dans le projet initial le pont d'envol ne s'étendait pas jusqu'à la proue, mais il fut allongé par la suite.
Peu avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le porte-avions presque terminé fut sabordé en eaux peu profondes à Stettin (maintenant Szczecin, en Pologne), le 25 avril 1945, juste avant que l'Armée rouge prenne la ville.

Lancement     8 décembre 1938
Armé     jamais
Statut     détruit le 16 août 1947
Caractéristiques techniques
Type     Porte-avions
Longueur     262,5 m
Maître-bau     31,5 m
Déplacement     33 550 tonnes
Propulsion     Turbines, 4 hélices
Puissance     200 000 hp (150 000 kW)
Vitesse     33,4 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement     canons AA : 16 x 150 mm, 12 x 105 mm, 22 x 37 mm, 28 x 20 mm
Aéronefs     50 avions (chasseurs Messerschmitt Bf 109T, bombardiers Junkers Ju 87C, torpilleurs Fieseler Fi 167
Rayon d'action     14 816 km à 19 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage     1 720 hommes + 306 personnel aérien
Chantier naval     Deutsche Werke, Kiel

GRAF ZEPPELIN VERSION 02.zip
Archives compressées en format ZIP 5.7 MB

U-boot type VII C-41

Avec 654 exemplaires produits entre 1940 et 1945, le type VII classe C était le fer de lance de la Kriegsmarine. Les sous-marins de ce type ont été fabriqués tout au long de la Seconde guerre mondiale. Le premier U-boot de type VII-C était le U-69, lancé en 1940.
Le type VII-C était une machine de guerre très efficace, et était présent quasiment partout où les U-boots opéraient, bien que son rayon d'action soit moins important que celui de l'imposant type IX. Il est entré en service alors que les premiers succès du début de la guerre touchaient à leur fin, et il a été de la partie lors de la défaite finale infligée par la campagne anti-sous-marine alliée, en fin d'année 1943 et 1944.
Le type VII-C était une version légèrement modifiée du très fonctionnel VII-B. Il utilisait la même motorisation, mais étant sensiblement plus gros et plus lourd, il était un peu plus lent. Entre 1944 et 1945, la plupart des exemplaires ont été équipés d'un schnorchel. Il utilisait également le même armement, excepté pour le U-72, le U-78, le U-80, le U-554 et le U-555 qui n'avaient que 2 tubes lance-torpilles avant, et pour le U-203, le U-331, le U-351, le U-401, le U-431 et le U-651, qui n'avaient pas de tube lance-torpilles arrière.
L'un des plus fameux U-boot de type VII-C était le U-96, dépeint par Lothar-Günther Buchheim en 1973 dans son roman Das Boot, qui a inspiré Wolfgang Pete

Déplacement     769 t (surface)
                871 t (plongée)
Longueur     67,10 m (hors-tout)
                50,5 m (coque pressurisée)
Largeur     6,20 m (hors-tout)
                4,70 m (coque pressurisée)
Tirant d'eau     4,74 m
Hauteur     9,60 m
Motorisation     3 200 ch (2 moteurs Diesel)
                750 ch (2 moteurs électriques)
Vitesse     17,7 nœuds (surface)
                7,6 nœuds (plongée)
Rayon d'action     15 725 km (surface à 10 nœuds)
                          150 km (plongée à 4 nœuds)
Armement principal     4 tubes lance-torpilles avant
                                 1 tube lance-torpilles arrière
                                 14 torpilles en magasin
Armement secondaire     1 canon de 88 mm (220 coups)
                                     1 canon de 20 mm
Profondeur     250 m (maximale)
                     270-325 m (écrasement)
Équipage       44 à 52 hommes
Production     91

U-boot type VII C-41.zip
Archives compressées en format ZIP 8.7 MB
Schnellboot S-100.zip
Archives compressées en format ZIP 4.8 MB

BISMARCK Cuirassé

Le Bismarck est un cuirassé allemand de la Seconde Guerre mondiale, fleuron de la Kriegsmarine du IIIe Reich et qui porte le nom du chancelier Otto von Bismarck (1815-1898). Il est célèbre pour avoir coulé le HMS Hood et pour la prise en chasse par les navires britanniques (qui suivit le naufrage du Hood). Il fut, avec son "sister-ship" le Tirpitz, le bâtiment le plus puissant du régime nazi et la fierté de son pays.

Commandé     16 novembre 1935
Quille posée     1er juillet 1936
Lancement     14 février 1939
Armé             20 août 1940
Statut             Sabordé le 27 mai 1941
Caractéristiques techniques
Type             Cuirassé
Longueur     250,5 m
Maître-bau     36 m
Tirant d'eau     8,7 m
Déplacement     41 700 t normal, 50 900 t à pleine charge
Puissance     150 000 ch (110 MW)
Vitesse     30,8 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage     20 à 360 mm ; 320 mm (ceinture)
Armement     8x380mm (4x2), 12x150mm (6x2), 16x105mm, 16x37mm (8x2), canon 12x20mm
Aéronefs     6, avec 2 catapultes
Autres caractéristiques
Équipage     2 000 – 2 200 hommes
Chantier naval     Blohm & Voss, Hambourg

BISMARCK VERSION 02.zip
Archives compressées en format ZIP 1.1 MB