Ersatzfeldwagen 43 (Ef. 43)

La présence, au sein d’unité de l’armée allemande, de chariots hippomobiles peut surprendre. Or, rappelons qu’en 1944, seul un quart de ses effectifs sont motorisés. La pénurie d’essence n’y est évidemment pas étrangère, puisque l’Allemagne peut espérer 10 millions de tonnes de pétrole (la moitié environ en carburant de synthèse, élaboré à partir du charbon) et ses stocks (hors Luftwaffe) se limitent à quelques semaines. Par comparaison, les États-Unis disposent d’une capacité de 245 millions de tonnes...
 Entre 1914 et 1918, l’armée du Kaiser avait employé 1.400.000 chevaux. Pendant la deuxième guerre mondiale, la Wehrmacht en utilise 2.750.000, soit le double

La dernière section, celle du « Troß » (du Train) se doit en revanche d’être décrite avec le plus grand soin car cette section, spécialisée dans le transport du matériel, des munitions et du ravitaillement, constitue un rouage essentiel du bataillon de fusiliers. D’elle dépend en effet l’approvisionnement et le mouvement de l’unité toute entière.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Not many people know that the greatest use of horses in any military conflict in history was by the Germans in WWII: 80% of their entire transport was equestrian. Despite all the propaganda about Blitzkreig, formidable German R&D, industrial design and production, the day to day mechanics of that fighting force involved an average of 1.1 million horses throughout the war. Of the 322 German divisions in the middle of the war - 1943 - only 52 were armored or motorized.

The great bulk of the German combat strength—the old-type infantry divisions—marched into battle on foot, with their weapons and supply trains propelled almost entirely by four-legged horsepower. The light and mountain divisions had an even greater proportion of animals, and the cavalry divisions were naturally mainly dependent on the horse.

Chariot EF43 Wermacht.rar
Archive de donnée comprimée 2.9 MB
EF43 Wermacht camo.rar
Archive de donnée comprimée 4.0 MB
EF43 Ambulance.rar
Archive de donnée comprimée 6.4 MB
chargement blessé.rar
Archive de donnée comprimée 7.3 MB
brancardiers.rar
Archive de donnée comprimée 5.5 MB
KIA german.rar
Archive de donnée comprimée 4.7 MB
Wounded german with doc.rar
Archive de donnée comprimée 4.5 MB
Wounded.rar
Archive de donnée comprimée 3.8 MB

POUR LES CREATEURS SEULEMENT:

Ce Fichier compressé contient les fichiers sources du chariot EF43 au formats suivants

EF43.max

EF43.3ds

EF43.skp

 

FOR CREATORS ONLY:

This compressed file that contains for the wooden cart EF43 the following source files:
EF43.max
EF43.3ds
EF43.skp


(Free but non commercial use)

EF43.rar
Archive de donnée comprimée 2.9 MB

Matford F917-WS made in France

Matford est un constructeur français d'automobiles créé en septembre 1934 par un accord entre Ford-France et les automobiles Mathis. Établis à Strasbourg, l'usine Mathis sera rééquipée par Ford en 1935 pour produire la nouvelle voiture V8-48. Par contre, Ford qui détient la majorité des parts de l'usine, imposera ses vues à Mathis qui est contraint d'arrêter sa gamme vieillissante et de céder ses parts à Ford. Mathis intentera un procès et obtiendra des dommages et intérêts. La guerre éclate, l'usine de Strasbourg, évacuée en 1939, est bombardée. Matford SA est dissoute en 1940 après l'achèvement de la nouvelle usine Ford de Poissy et cesse officiellement d'exister en 1941. Matford qui équipait l'armée française depuis 1937, met au point un camion de 5 tonnes à cabine avancée spécifiquement français. Environ 1,200 unités bâchées et citernes sont produites avant l'évacuation parisienne le 12 juin 1940. Après l'Armistice, signé le 25 juin 1940, Ford Cologne prend le contrôle des usines Matford qui fabriqueront pour l'Armée allemande, avec une caisse arrière modifiée, le 5 tonnes français. Finalement, comme toute armée victorieuse, plusieurs de ces camions se retrouvèrent sous la bannière allemande qui les utilisa comme prise de guerre.

Matford F917-WS.rar
Archive de donnée comprimée 1.4 MB

Bedford MWD, 0.75-ton, 4x2, General Service made in England


Les premiers véhicules légers Bedford produits en Angleterre par General Motors sortent d'usine en 1931. Transportant une charge utile d'environ 750 kg, ils remportent un franc succès grâce à des prix imbattables.
Lorsque la Seconde Guerre mondiale, la production est de nouveau envisagée en prenant pour base de travail le modèle civil Morris-Commercial CS 8 de 1934 : ainsi, le modèle Bedford GS (General Service) mis à jour est à nouveau produit en série à compter de mai 1939 afin d'équiper les forces terrestres britanniques : le modèle se compose d'un châssis 4x2 à cabine torpédo et caisse en bois, d'un moteur puissant et d'une silhouette générale assez basse dont le capot est fortement incliné afin d'augmenter la visibilité du conducteur.
Plusieurs centaines sont capturés intact sur les plages de Dunkerque, en grèce et en Afique du Nord.

Bedford MWD, 0.75-ton, 4x2.rar
Archive de donnée comprimée 2.2 MB

Phaenomen Granit 1500S origine Autriche

Modèle de  production  fin de serie  avec "Einheits Fahrerhaus", ailes avant plates, pas de garde-boue arrière et la roue de secours à l'avant.
La Phaenomen Granit 1500 S a été l'un des nombreux véhicules de personnel ou de transport destinés à répondre à l'exigence de la Wehrmacht pour un camion de 1,5 tonnes standard.
 Présenté en 1941, le Phaenomen Granit 1500 S a été utilisé comme moyen de transport sur tout les   théâtres d'opérations.
 Plus de 20 000 exemplaires ont été construits, dans une large gammee de variantes. Le châssis de la Phaenomen Granit 1500 S et sa variante renforcée, la Phaenomen Granit S2000A ont également été utilisés pour les camions de pompiers, autobus, ambulances,  ou véhicule de  radio, et différents types de transporteurs de fret avec la caisse ouverte ou une couverture  en bois .
Il y avait aussi des tests pour utiliser ce  camion sur les rails de chemin de fer.
Certains camions Phaenomen Granit 2000A ont été convertis en  support de  DCA.

Phaenomen Granit 1500S.rar
Archive de donnée comprimée 2.2 MB

L 2 H 43 et L 2 H 143 " Krupp - Protze " origine Hongrie

La L 2 H 43 et L 2 H 143 " Krupp - Protze " (désignation non officielle) était un camion et tracteur d'artillerie  à six roues utilisé par les forces allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale . Il était propulsé par un hp 55 ou 60 ch ( depuis 1936 ) Krupp M 304 moteur à essence 4 cylindres . Son but principal était de remorquer artillerie , en particulier le Pak 36 , et transporter l'infanterie motorisée .

Ce véhicule a été largement utilisé sur le front de l'Est , pendant la campagne d'Afrique du Nord et en France et de Sicile . Le " Krupp - Protze " était de conception relativement avancé . Fabriqués massivement entre 1933 et 1941 , sa consommation de carburant est relativement élevé ( 24 litres / 100 km sur la route ) par rapport à l' Opel Blitz 1,5 t camion comparable ( 16,5 litres / 100 km , produite de 1938 à 1942 ) . . La production totale était d'environ 7000 unités .
D'un design réussi , Krupp - Protze a été transformé en plusieurs configurations de variantes :
    Camion de téléphone - Kfz.19
    Voiture personnel - Kfz.21
    Kfz.68 - Radio support de mât
    La configuration standard pour le remorquage du 3,7 cm Pak 36 - Kfz.69
    La configuration standard pour le personnel exerçant - Kfz.70
    Kfz.81 - conversion de support de munitions pour 2 cm Flak canon , généralement remorqué
    Kfz.83 - support de Generator pour antiaérien projecteurs , généralement remorqué
    Sd.Kfz . 247 Ausf . Un porte - blindé de personnel , la version à six roues , seulement 20 construit en 1937 ; production est allé à Daimler -Benz , qui a construit le Ausf . B version à quatre roues en 1941 et 1942 .
Parfois transformé en antichar ( 36 mm Pak 36 ) et DCA ( 2 cm Flak ). Ces armes étaient montées directement sur le plateau du camion .
Après la guerre on s'en servit encore longtemps surtout en Hongrie d'où originait le concept de ce camion.

Krupp Protze.rar
Archive de donnée comprimée 2.0 MB

S.P.A. Dovunque 35 origine Italie

Le SPA Dovunque 35 est un camion militaire, porteur en version 6x4, fabriqué par le constructeur italien S.P.A., filiale de Fiat V.I. entre 1936 et 1948.
Le "Dovunque 35" connut son baptême du feu en Espagne lors de la guerre civile, puis fut employé tout au long de la Seconde Guerre mondiale, notamment en Afrique du Nord et en Russie.
Durant l'occupation allemande, les usines Fiat-SPA réquisitionnées continuèrent à produire le "Dovunque 35" pour la Wehrmacht : 307 exemplaires de ce camion sortirent des chaînes d'assemblage entre janvier 1944 et janvier 1945. La production se poursuivit même après la guerre, jusqu'en 1948, et l'armée italienne ne s'en séparera que dans les années 1950.

S.P.A. Dovunque 35.rar
Archive de donnée comprimée 6.5 MB

Volkswagen Type 82E (Sedan)

À la fin de 1933, Hitler a donné l'ordre de Ferdinand Porsche de mettre au point une Volkswagen (voiture du peuple), un véhicule de base qui devait être capable de transporter deux adultes et trois enfants à une vitesse de 100 km / h .
Erwin Komenda, designer en chef de Porsche, est nommé responsable de la conception et du design de la voiture. La production n'est pas financièrement viable, mais elle a le soutien du gouvernement du Troisième Reich.
L'usine de Wolfsburg à Fallersleben a été inaugurée par Hitler en mai 1938, et Volkswagen Gmbh né le 26 mai 1938. Avant Porsche a voyagé aux États-Unis en 1936 pour apprendre les nouvelles techniques de fabrication industriels, il visite Packard Ford et GM .
Pour cette voiture, les Allemands doivent débourser 990Marks pour la voiture 50 pour la livraison et 200  pour 2 ans d'assurance.

En 1939 plus de 335 000 Allemands ont commandé cette voiture, mais aucune voiture a été livrée. 
La guerre a éclaté avant la production à grande échelle de VW puisse commencer, et la capacité de fabrication a été transférée à la production de véhicules militaires.
L'usine a produit seulement une poignée de voitures qui ont été livrées essentiellement à l'élite nazie lorsque la guerre éclate en 1939.
En conséquence, le premier contingent de production porta sur des châssis qui seront réservés à un usage militaires.
Ensuite arriveront les Kübelwagen Type 82 (approximativement. 52.000 construits) et sa sœur, l'amphibie Schwimmwagen Typ 166 (env. 14.000 construits).

Longueur: 4200 mm
Largeur: 1550 mm
Hauteur: 1650 mm
Poids    1175kg
Equipage:     3-4
moteur: VW Boxer 985cc / 4-cylinder / 22hp (début de production)
        VW Boxer 1131cc / 4-cylinder / 25hp (fin de p)roduction)
vitesse sur route  83.6km/h
Autonomie sur route: 400-450km
capacite reservoir:     30 puis 40 litres
consomation :     8 litres/100km

wolkswagen type 82e.rar
Archive de donnée comprimée 2.1 MB

train blindé Allemand 1938-1944

Eisenbahn-Panzerzug 3

VERSION STATIQUE UNIQUEMENT !!!.......

Initialement, la Wehrmacht n'était pas favorable à l'idée de maintenir des trains blindés dans son arsenal. Les progrès des technologies et tactiques des chars et des avions rend obsolete  le concept de grands trains blindés. Malgré tout  en Juillet 1938, sept trains blindés fugurent à l'effectif de la Wehrmacht. Chacun a été formé à partir des trains déjà existants Reichsbahn (chemins de fer nationaux allemands) pour la protection  des voies et qui  existe depuis les années 1920. En  1938 l'Eisenbahn-Panzerzug 3  était officiellement sous le contrôle du général commandant en chef de la  VII.Armee-Korps à München.

Eisenbahn-Panzerzug 3 est un train à écartement standard engagé au combat  au cours de la campagne de Pologne de 1939. Comme la plupart des autres trains blindés allemands participant à la campagne de Pologne, Panzerzug 3 a connu un démarrage plutôt difficile. Ayant à peine franchi la frontière germano-polonaise, le 1er Septembre 1939, le Panzerzug 3 s'est rapidement trouvé près de la ville de Könitz, un point  de très grande résistance des troupes Polonaise qui ont réussi à lui infliger de très graves dégats. Son commandant l'oberleurnant EUEN est tué par un coup direct d'un canon anti-char dans la tourelle d'obervation.  le Panzerzug 3 sera remorqué jusqu'à Dantzig  pour de grosses réparations  et le remontage.

le Panzerzug 3est alors  assigné pour  soutenir les attaques de l'infanterie allemande contre les Pays-Bas. Le 10 mai 1940,  après la prise des ponts sur la rivière IJssel et de la ville de Zutphen, l'avance de Panzerzug 3 est arrêté par les troupes néerlandaises déterminés et fortifiées dans  dans des bunkers en béton. le Panzerzug 3 a subi de lourds dommages lors de ces combats et  des éléments de la 227ème Division d"Infantrie ainsi qu'un bataillon d'infanterie de la Leibstandarte SS Adolf Hitler se sont battus au coté de l'équipage du Panzerzug 3 jusqu'à ce que les forces néerlandaises de défense se soient rendues. Le train blindé fortement endommagé a été immédiatement envoyé à Cologne pour les réparations. A compter d'août 1940 et pendant 9 mois le  Panzerzug 3 a été affecté à des missions de surveillance des voies ferrées  aux Pays-Bas.

Le 10 mai 1941 le Panzerzug 3 a été transféré de Eindhoven, Pays-Bas,à Prosken, en Prusse orientale afin de soutenir l'opération Barbarossa. Le Panzerzug 3 est affecté au Heeresgruppe Mitte, 9.Armee (9éme armée du groupe centre) . Peu de temps après le 22 Juin 1941 le Panzerzug 3 permettait la prise rapide de la ville frontalière de Grajevo et de là il se dirigea vers la ville de Byalistok. En Octobre 1941, le Panzerzug 3 retourne à Königsberg pour recevoir une radio améliorée et de nouveaux équipements de communication. Durant l'hiver 1941/1942, Panzerzug 3 est chargé de protéger les arrières autour de la ville de Nevel en Russie. En mai 1942, le Panzerzug 3 a été lourdement endommagé par les mines dans la même zone. Il a été retiré du service en première ligne pour la réparation et le remontage.  En Décembre 1943, le Panzerzug 3 est toujours en mission de protection à l'arrière des troupes de la 9ème armée.

En Août 1944, le Panzerzug 3 a été réaffectée au Heeresgruppe Nord  pour soutenir les XXXIX.Panzer-Korps. Le 16 Août 1944, le Panzerzug 3 déraille près du village de Krottingen en Prusse orientale / Lituanie. il doit une nouvelle foids  retourner à l'arrière des lignes allemandes pour les réparations. Après avoir été réparé en Septembre 1944, Panzerzug 3 a été renvoyé sur la  ligne de front en Lettonie pour soutenir la 201.Sicherheits-Division opérationnelle entre les villages de Akmene et Papile.
Le 5 Octobre 1944 le Panzerzug 3 soutient les efforts défensifs allemands près de la Lettonie et de la région de la frontière lituanienne.
Le 10 Octobre 1944, les troupes blindées soviétiques coupent les lignes de chemin de fer aux deux extrémités de la ville lettone de Vainode.
Le Panzerzug 3 isolé dans la ville nest encerclé. Afin d' éviter sa capture et son utilisation par les forces soviétiques, le trainest saboté et détruit  par son équipage, mettant ainsi fin à l'histoire opérationnelle du Panzerzug 3.

L'équipage du Panzerzug 3 est composé de 8 officiers, 35 sous-officiers, 128 soldats.
l'èquipement standard comprend 79 pistolets, 13 pistolets mitrailleurs, 92 fusils, 26 mitrailleuses lègères, 8 mitailleuses lourdes, 2 mortiers, 3 fusils anti-chars, un lance-flamme et 12 vélos.....

armored train Panzerlok.rar
Archive de donnée comprimée 2.1 MB
armored train tender.rar
Archive de donnée comprimée 610.6 KB
armored train wagon 1.rar
Archive de donnée comprimée 2.4 MB
armored train wagon 2.rar
Archive de donnée comprimée 2.5 MB
armored train wagon 3.rar
Archive de donnée comprimée 3.7 MB
armored train wagon 4.rar
Archive de donnée comprimée 2.0 MB
armored train wagon 5.rar
Archive de donnée comprimée 4.5 MB

COMPOSITION HABITUELLE D'UN TRAIN BLINDE ALLEMAND.



38cm RW61 auf Sturmmörser Tiger.

Le Sturmtiger est un canon d'assaut lourd allemand développé et produit de 1943 à 1944.
C'est l'une des variantes les plus rares du char lourd Tigre I, avec comme arme un mortier géant de 380 mm. Le développement de cet engin destiné à l'attaque de secteurs lourdement fortifiés commença en août 1943. Le mortier type RW61 à tube court L5/4 fut conçu à l'origine par Rheinmetall-Borsig pour la marine allemande pour lutter contre les attaques sous-marines ennemies. Pour encaisser le recul prodigieux qui pouvait atteindre 40 tonnes, le châssis robuste du Tigre I fut sélectionné et la décision fut prise d'utiliser des caisses revenant du front de façon à ne pas perturber la production en série du char. Le compartiment de combat était constitué d'une casemate boulonnée sur la caisse inférieure. Le blindage avait une épaisseur de 150 mm sur la face avant et de 80 mm sur les côtés. Plus tard un contrepoids circulaire en acier fut ajouté sur la bouche de mortier de certains véhicules pour en faciliter l'élévation. Les énormes projectiles autopropulsés par fusées mesuraient 149 cm de long et pesaient 330 kg. Pour charger ces munitions à bord, une potence de chargement était installée à l'arrière droit de la casemate. Du fait de la taille des projectiles et de l'espace à bord réduit, seulement 14 pouvaient être embarqués.
La production sous forme de conversion de Tigres I en Sturmtigers commença en août 1944 jusqu'à fin décembre, période durant laquelle 18 exemplaires furent terminés et expédiés au combat dans les Ardennes.

Équipage     5 (commandant, conducteur, canonniers)
Longueur     6,28 m
Largeur     3,57 m
Hauteur     2,85 m
Masse au combat     68 tonnes
Blindage     150 mm
Armement principal     Mortier de 380 mm RW61 L/5.4
Armement secondaire     Arme antipersonnel 90 mm NbK 30
Mitrailleuse MG34 7,92 mm
1 Moteur essence Maybach de 600 ch (450 kW)
Suspension     Barres de torsion
Vitesse sur route     40 km/h
Puissance massique     9 ch/tonne
Autonomie     120 km (sur routes)

Sturmtiger.zip
Archives compressées en format ZIP 2.7 MB

Schwere Feld Haubitze 18 da 15 cm (15 cm sFH 18).

Ce canon, dit "schwere FeldHaubitze 15cm Kanone model 18", est un obusier lourd de l'artillerie de campagne de la Wehrmacht produit par les manufactures d’armes de Krupp et Rheinmetall. Utilisé également en complément des installations du mur de l'Atlantique pour renforcer la défense côtière. D'un poids de 5500 kilos en batterie, une portée de tir de plus de 13Km pour envoyer un obus explosif de 43,5Kg.
Conçu pour détruire les fortifications de campagne, l'infanterie et l'artillerie ennemis, cet obusier surpassait le M1 américain en termes de précision et le modèle soviétique D-1 en terme de puissance de feu et de précision.

Calibre : 150 mm
Poids en ordre de route :     6 304 kg
                  en batterie :     5 512 kg     
longueur hors tout :    4,44 m
Pointage :  en site     + 45 °/-3°
                 en azimut     60°
Portée pratique :          13 325 m
Poids du Projectile :     43.5kg
Vitesse Initiale :          520 m/s

15 cm schwere Feldhaubitze 18.zip
Archives compressées en format ZIP 8.1 MB

Jagdpanzer E-10.

le JagdPanzer E-10 dont la désignation officielle est Jagdpanzer 38(d) ou Hetzer. Précisons que ce terme "Hetzer" ne devrait en théorie s'appliquer qu'au E-10 et pas à son prédécesseur le Jagdpanzer 38(t) car c'est une erreur administrative commise en 1943 qui a fait que ce dernier eu le nom de baptème du E-10.
Le Jagdpanzer E-10 dispose d'une excellente protection de 60mm d'épaisseur incliné à 60°, la partie frontal du bas de caisse atteint les 30mm incliné à 60° et les flancs de 20mm inclinés à 10°.
Le E-10 a un dispositif unique pour l'époque (et repris par les Russe pendant la guerre froide jusqu'à aujourd'hui grâce aux savant capturé ) un systeme de vérins. Sa hauteur de 1,76m en ordre de route passer à 1,40m en position de combat.Cela fait de lui l'engin le plus bas au monde mais aussi le plus furtifs.
Il est armé du canon de 7,5cm PaK 39L/48 le même que celui du JagdPanzer 38(t) et d'une MG 34 télécommandée. depuis l'interieur. Il est motorisé par un Maybach de 400cv à même de rivaliser avec le M18 Hellcat. Puis abandonné pour mettre un Maybach HL 101 de 550cv. Une version armée du puissant 7,5cm PaK 42L/70 et un 8,8cm Pak 43L/71 était à l'étude.
Les chenilles ne sont pas en reste. Elles mesures 40cm de largeur.
Le E-10 mesure 5,35m de longueur. (6,91m avec le canon) et 2,86m de largeur. Il pèse 12tonnes. 3 membres d'équipage doivent servir à son bord.
3 prototypes sont réalisés.

E-10.zip
Archives compressées en format ZIP 1.5 MB

S.PzB 41 de 28mm.

Conception :
Le principe du canon à âme conique a été breveté en 1903 par l’inventeur allemand Karl Puff. Dans les années 1920 et 1930, un autre ingénieur allemand, Gerlich, à mené des expériences avec ce système qui a abouti à un fusil antichar expérimental de 7 mm avec une vitesse initiale de 1.800 m/s.
Le principe du canon conique c’est vers le bout du canon, le tube est plus fin que le projectile et celui ci, avec son tungstène est soumis à beaucoup plus de pression et perce donc plus de blindage
Sur la base de ces travaux, en 1939-1940 l’entreprise Mauser-Werke AG a élaboré un canon antichar de 28/20 mm initialement désigné Gerät 231 ou MK.8202. En Juin-Juillet 1940, un lot expérimental de 94 (d'autres sources disent 30) pièces a été donnée à l'armée pour des essais. Les essais ont entraîné certaines modifications et en 1941 commence la production du 2,8 cm schwere Panzerbüchse 41 (fusil antichar lourd 41). Le coût à la pièce est de 4.520 marks (pour le titre de comparaison, un PaK 38 de 50mm coûte des armes à feu 10.600 marks pour des performances quasi similaires). La production s’arrête en 1943, principalement à cause du manque de tungstène pour les projectiles.

Au combat :
Le S.PzB 41 est distribuée aux unités de Fallschirmjäger (version allégée de 50 Kg : S.PzB 41 cm leFl 41), Gebirgsjäger et enfin à l’infanterie légère classique (Jäger). Ces armes ont aussi été distribuées de façon hétéroclite aux unités antichars, aux fantassins normaux et aux pionniers. Côté véhicules, certaines de ces pièces sont utilisées dans les Sd.Kfz 250/11 et de façon non réglementaire, dans les Sd.Kfz 221 et 251.
Cette arme est la plus efficace des pièces légères en service à l’époque grâce au tube à âme conique. Il est capable de détruire les chars légers et les chars moyens sur leurs points faibles. Son faible poids et sa petite taille en font le canon antichar de prédilection des parachutistes. Utilisée sur tous les fronts, cette arme à remplit parfaitement son rôle à pars que l’usure du tube est très rapide. Son obus explosif manque de punch mais ce n’est pas le but de ce canon que d’attaquer l’infanterie.

Type: canon antichar léger
En service: 1941–1945
Équipage nécessaire: 3 artilleurs
Calibre: 28/20 mm
Capacité de perforation: 69 mm à 100 m et 52 mm à 500 m sous incidence 30°
Cadence de tir: jusqu'à 30 tirs par minute
Vitesse à la bouche du canon: 1 400 m/s
Portée pratique: 500 m
Nombre construit: 2 797 exemplaires
Poids: 229 kg
Longueur: 2.69 m
Longueur du canon: 1 730 mm (avec frein de bouche)
Largeur: 965 mm
Hauteur: 838 mm
Débattement vertical: -5° à 30°
Débattement horizontal: -70° à 70 °

2,8 schwere panzerbüchse 41.zip
Archives compressées en format ZIP 1.5 MB

Mörser Gerät 040 de 600mm.

En 1939, une commande fut passée par la Wehrmacht pour créer une arme capable de venir à bout des places fortes. Le résultat fut le mortier "Karlgerät" qui vit le jour à six exemplaires. Ce monstre de 132 tonnes, chargé et nécessitant 107 hommes pour sa mise en opération dont 4 pour le déplacer, allait être capable de démolir 2.5 mètres d'épaisseur de ciment et 45 cm de blindage d'acier. Ne pouvant voyager qu'à 5 km/h, il devra être monté sur deux chariots ferroviaires, un à l'avant et l'autre à l'arrière tout comme le canon "Léopold" pour franchir les grandes distances. Ce n'est qu'à destination qu'il pourra se déplacer par ses propres moyens. Dans ses manœuvres de tirs, il doit être accompagné par un transporteur de munitions munis d'un cric capable de charger les projectiles de 2,2 tonnes qu'il utilise. Ce travail sera confié à un châssis de Panzer IV modifié pour cette fonction.
Il y a 2 types de mortiers : le Mörser Gerät 040 de 600mm et le Mörser Gerät 041 de 540mm. Les deux armes tiraient des projectiles conçus pour pénétrer le béton. la portée du Gerät 040 était de 6800 m et celle du Gerät 041 de 10500 m. Les obus pouvaient pénétrer entre 2.50m et 3.20 m de béton armé avant d'exploser très violemment.
Les Karl arrivèrent trop tard pour la ligne Maginot qui était tombée avec le reste de la France en 1940. Le premier véritable baptême du feu de ces engins fut lors du siège de Sébastopol, qui correspondait tout à fait à leur rôle. Après l’issue victorieuse de ce siège, la plupart des mortiers Karl furent engagés lors de l’insurrection de Varsovie pour démolir le centre ville et écraser les tireurs embusqués dans les sous sols.

Année de conception     1940-42
Constructeur     Rheinmetall (Düsseldorf)
Production     7 (  Adam, Eva,Thor, Odin, Loki, Ziu et Versuchgerät (appareil d'essais).
Équipage     107 hommes
Longueur     11,15 m
Largeur     3,15 m
Hauteur     4,78 m
Masse au combat     132 tonnes
Blindage et armement
Blindage     10 mm
Armement principal     mortier 600 mm tube court ou 540 mm tube long
1 Moteur     Daimler Benz MB507
Vitesse sur route     10 km/h

Mörser 600mm THOR on rails.zip
Archives compressées en format ZIP 7.1 MB
Mörser 600mm THOR on traks.zip
Archives compressées en format ZIP 3.1 MB

Locomotive Blindée.

loco blindée.zip
Archives compressées en format ZIP 5.5 MB

E-25 Aufs.C ( E-Serien). Prototype

Panzerkampfwagen E-25
Type : Tank Destroyer
Longueur : 5.66m
largeur : 3.41m
hauteur : 2.03m
Moteur : Maybach HL101 (550hp) X 1
Armement : 1 canon  75mm Pak L/70 X 1

                  1 mg 42 sous tourelle rotative

Le modèle présenté est équipé du système infrarouge (solution A Sperber) sur la coupole du chef de char. La portée est d'environ 600m, et le chef de char doit communiquer toutes les informations et données au reste de l'équipage, aveugle. L'éclairage intérieur du char  est rouge pour la nuit.

E 25c.zip
Archives compressées en format ZIP 2.3 MB

N.S.U Mittlere Ladungsträger “Springer” Sd.Kfz.304.

C'est un véhicule à chenilles porteur de charge de démolition (300Kg) conçu comme le remplaçant du SdKfz Goliath. Il a été fabriqué par NSU, fort de son expérience avec le Kettenkraftrad SdKfz 2 dont il partage de nombreuses pièces (train de roulement, chenilles, moteur Opel olympia...). Une production très faible de 1944 à 1945 de seulement 50 exemplaires.
Utilisation: le Springer était piloté par un soldat vers la zone cible où il devait quitter le véhicule pour le rapprocher de celle-çi en utilisant l'équipement radio.

Poids:    2400kg
Equipage :    1
Motorisation:    Opel Olimpia 1.5l / 4-cylinder / 36hp
Vitesse sur route: 42km/h
Autonomie sur route: 200km
Longueur :    3.17m
Largeur  :    1.43m
Hauteur  :    1.45m
Armament:    300kg explosif
Blindage:    8-10mm

NSU springler.zip
Archives compressées en format ZIP 1.4 MB

Praga RV.

Le Praga RV était un camion 4x6 de 2 tonnes de charge utile.
Mis en fabrication a partir de 1935 , plus de 3000 exemplaires furent contruits jusqu'à la fin de production en 1939.
Principalement utilisé par l'armée tchéque, le Praga RV fut aussi exporté en Pologne et en Suéde.
Après l'invasion de la Tchécoslovaquie, l'Allemagne utilisera en gande quantité le Praga RV.
Une variante de ce camion était le Praga RVR avec un équipement de radio et une qutre version équipée en ambulance.

Equipage 1 conducteur et 2 passagers
Poids             3.8 t
Longueur     5.6 m
Largeur      2 m
Hauteur     2.5 m
Vitesse maxi    70 km/h
Motorisation    1 Praga SV 6 cylindres de 3468cc

Praga RV.zip
Archives compressées en format ZIP 988.4 KB

Sturmgeschütz neuer Art mit 7,5 cm PaK L/48 au Fahrgestell PzKpfw IV

Équipage     4
Longueur     6,85 m
Largeur     3,17 m
Hauteur     1,85 m
Masse au combat     24 tonnes
Blindage et armement
Blindage     10 - 80 mm
Armement principal     1 canon de 7,5 cm PaK 39 L/48
(79 obus)
Armement secondaire     1 mitrailleuse 7,92 mm MG 34
(600 balles)
Mobilité
Moteur     Maybach HL 120 TRM
300 ch
Suspension     ressorts à lames
Vitesse sur route     40 km/h
Puissance massique     12,5 ch/tonne
Autonomie     210 km

Jagdpanzer IV48, Sd.Kfz.162.zip
Archives compressées en format ZIP 5.7 MB

7,5 cm leichtes Infanteriegeschütz 18 (7,5cm le IG 18)

Production commencée en 1927, 1932 premières sorties de canons. Construit en deux versions: Hippomobile avec des roues en bois à rayons et Motorisé avec pneus à air. L'un des canons les plus répandus de la Wehrmarcht.

Calibre : 75 mm
Longueur du tube : 884 mm
24 rainures
Poids en position de route : 405 kg (hippo.) 515 kg (mot.)
Poids en position de tir : 400 kg (hippo.) 570 (mot.)
Pointage en direction : 11°
Pointage en site : -10°à +75°30’
Vitesse initiale : 221m/s
Poids de l’obus : 6 ou 5,45 kg
Portée maximale : 3550m à 4600m
Cadence de tir : 8-12 coups/minute
Durée de vie du tube : 10000-12000 coups
Firme : Reihnmetall, Düsseldorf
Fabricant : Böhm. Waffenfabrik, Strakonitz
Habämfa, Ammendorf/Halle.


7,5-cm-leichtes Infanteriegesch__tz 18.z
Archives compressées en format ZIP 1.3 MB

2 cm Flak 30/38/Flakvierling.

Le Flakvierling 38 est un canon quadruple (augmentation de la puissance de feu à 800 coups/min, un simple 20 mm étant très insuffisant). Quatre Flak 38 sont montés sur un affût. Plusieurs véhicules seront dotés de ce matériel : Flakpanzer IV Wirbelwind ; quelques FlakPz IV Möbelwagen, SdKfz 7/1...

Calibre    20 mm ( 4 tubes )
Cadence de tir    1 800 (cyclique) coups/min
Poids du projectile    0,119 Kg
Plafond pratique    2 200 m
Masse    1 514 Kg
Longueur de l'arme    2,2525 m
Élévation    -10 ° à 90 °
Rotation    360 °
Vitesse initiale    900 m/s
Servants : 8 hommes.

flakwierling.zip
Archives compressées en format ZIP 1.6 MB

Jagdpanzer IV/70 (V) (Sd.Kfz. 162/1).

A la fin de 1942, le Waffenamt, le bureau de la Wehrmacht chargé de l’armement, demanda la mise à l’étude d’un projet de chasseur de chars basé sur le panzer IV, qui serait armé du canon de 75 mm dont était déjà pourvu le Panther: le PaK 42 L/70.
Contrairement à d’autres chasseurs de chars précédents comme ceux de la série Marder, ce canon était destiné à être intégré directement à la coque du Jagdpanzer de façon à lui conserver une silhouette aussi basse que possible.
Le Jagdpanzer IV conserva le châssis de base du Panzer IV, mais le bouclier frontal vertical d’origine fut remplacé par un nez fortement incliné. La disposition intérieure fut aménagée de façon à tenir compte de la nouvelle superstructure en déplaçant les réservoirs de carburant et les logements à munitions. Comme le Jagdpanzer n’avait pas de tourelle, il fut possible d’éliminer les moteurs auxiliaires qui à l’origine étaient destinés à la mouvoir.
L’armement consistait en un canon principal de 75 mm qui devait à l’origine être le PaK 42 L/70. Des ruptures d’approvisionnement eurent toutefois pour effet que pour la pré-production et le début de la production, un canon de type plus ancien, à savoir le 75 mm PaK 39 L/48 fut utilisé. Ces derniers avaient un tube plus court et moins puissant que le PaK 42.
Sur des versions plus tardives, le PaK 42, beaucoup plus massif, avait pour effet que le Jagdpanzer IV souffrait d’une surcharge à l’avant imputable également à son lourd blindage frontal. Ceci le rendait moins mobile et plus difficile à manœuvrer en terrain difficile, ce qui amena les équipages l’utilisant à la surnommer Guderian-Ente (le canard de Guderian).
Le prototype définitif du Jagdpanzer IV fut présenté en décembre 1943 et sa mise en production commença en janvier 1944, la version équipée du PaK 39 L/48 étant produite jusqu’en novembre. La production de la version armée du PaK 42 L/70 commença en août et se poursuivit jusqu’en mars ou avril 1945.

Équipage     4
Longueur     8,5 m
Largeur     3,17 m
Hauteur     1,85 m
Masse au combat     25,8 tonnes
Blindage et armement
Blindage     10 - 80 mm
Armement principal     1x 7.5 cm Pak 42 L/70
55 coups
Armement secondaire     1x 7,92 mm MG34
600 coups
Mobilité
Moteur     Maybach HL 120 TRM
300 ch
Suspension     ressort à lames
Vitesse sur route     35 km/h
Puissance massique     11,63 ch/tonne
Autonomie     210 km

JAGDPANZER IV.zip
Archives compressées en format ZIP 2.1 MB

Leichter Panzerspähwagen ----- SdKfz 222.

Le terme Leichter Panzerspähwagen (véhicule de reconnaissance faiblement blindé), désigne une série de blindés à roues utilisés par la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale et produits de 1935 à 1944.
Utilisé par les Aufklärungs-Abteilung (bataillons de reconnaissance) des divisions de Panzer, il convenait à l’utilisation sur terrains avec route comme en Europe de l’ouest. Ses roues l’handicapaient lors de ses virées en tout-terrain, comme en URSS ou en Afrique du Nord. Sur ces fronts, ils furent remplacés par les half-tracks SdKfz 250. Certains de ces véhicules (la série des SdKfz 250/9, reçurent la tourelle équipant les SdKfz 222.
Des plaques de blindage en acier inclinées de 8 mm étaient placées à l’avant, le reste du véhicule était constitué de plaques de 5 mm. Des plaques de protection en fonte des orifices d’observation furent ajoutées par la suite. La tourelle sans toit recevait un filet métallique, la protégeant des jets de grenades.
La version  222  est équipée du canon mitrailleur 2 cm KwK 30 L/55 et d’une MG 34 coaxiale. L’équipage est de 3 hommes, certaines versions furent équipées du canon anti-char de 28 mm. Deux prototypes reçurent un canon de 50 mm à des fins de tests mais jamais commandés en grande série. 

Équipage     4 (Commandant, canonnier/chargeur, pilote et co-pilote)
Longueur     5,9 m
Largeur     2,2 m
Hauteur     2,9 m
Masse au combat     8 300 kg
Blindage     5 à 8 mm
Armement principal     1 canon de 20 mm KwK30 L/55.
Armement secondaire     1 mitrailleuse MG 34 de 7,92 mm.
Motorisation : 1 Moteur Horch de 3,5l de cylindrée essence de 90 ch (67 kW)
Suspension     4 roues
Vitesse sur route     80 km/h (40 en tout terrain)
Puissance massique     18,7 ch/tonne
Autonomie     300 km

 

2 VERSIONS  

CAMPAGNE DE POLOGNE 1939

Deutsches Afrikakorps  (DAK) 1941

SDKFZ 222 Poland.zip
Archives compressées en format ZIP 1.5 MB
SDKFZ 222 DAK.zip
Archives compressées en format ZIP 1.4 MB

Sd.Kfz. 251/9 mittlere Schützenpanzerwagen (7.5 cm) Ausf. C

Le Sonderkraftfahrzeug 251 (SdKfz 251) (littéralement : véhicule de combat spécial) était un véhicule blindé allemand semi-chenillé de combat construit durant la Seconde Guerre mondiale, qui fut produit tout au long du conflit.
Sa classification dans la Heer correspond à Schützenpanzer (Véhicule de combat d'infanterie).
Il était essentiellement destiné à équiper les Panzerdivisions et les unités de Panzergrenadieren et partageait de nombreux éléments mécaniques avec le SdKfz 7.
Ce véhicule est équipé d’un canon KwK 37 L/24 de 75 mm à basse vélocité, surnommé « Stummel » (souche).

Équipage     12 (passagers compris)
Longueur     5,80 m
Largeur     2,10 m
Hauteur     1,75 m
Masse au combat     7,81 tonnes
Blindage et armement
Blindage     6-12,5 mm
Armement principal     varie (voir texte)
Armement secondaire     varie (voir texte)
Mobilité
Moteur     un Maybach HL 42 6 cylindres
100 ch (74,6 kW)
Suspension     Half track
Vitesse sur route     52,5 km/h
Puissance massique     12,8 ch/tonne
Autonomie     300 km

251-9 surblindage.zip
Archives compressées en format ZIP 6.2 MB

Sd.Kfz. 251/1 camo ambush.

La version standard du transporteur de troupes était équipée d’une mitrailleuse MG34 ou MG42 de 7,92 mm montée à l’avant du compartiment ouvert, au-dessus et derrière le conducteur. Une seconde mitrailleuse était généralement montée sur l’arrière en disposition de tir anti-aérien.

Sdkfz 251-1.zip
Archives compressées en format ZIP 7.0 MB

Steyr Type 1500A/02 Véhicule de Commandement Kfz.21

Le Steyr type 1500 A/01 fabriqué en Autriche appartenait à la catégorie 1.5 tonnes. Sa suspension avant était constituée de ressorts à lames transversaux, de barres de torsion et tirants, tandis que la suspension arrière comportait les ressorts à lames et barres de torsion couramment installées sur les véhicules allemands. Le moteur Steyr V8 3.5 litres refroidis par air développait 85 chevaux et permettait au véhicule d'atteindre la vitesse de 100 km/h La transmission à quatre roues motrices était à quatre rapports avant et un arrière.
En fonction de la période de fabrication. Certains modèles différaient par le positionnement des roues de secours. Les modèles de fin de production reçurent des vitres blindées et des portes renforcées de plaques d'acier. Le Steyr 1500 était apprécié par les officiers car il pouvait servir de voiture d'état major, de tracteur et d'ambulance.

Poids/Poids Brut:     2485kg / 4160kg
Equipage:     2 (Transport léger)
Motorisation:     Steyr 3517cc Essence OHV Refroidissement à air/ 8-cylindres / 85hp at 3000rpm
Boite de vitesse:     4 Avant, 1 Marche Arrière
Freins:     hydrauliques
Vitesse:     Route: 90km/h
Hors Piste: 45km/h
Autonomie:     Route: 400km
Hors Piste: 280km
Réservoir de Carburant:     100 litres
Longueur:     5.08m
Largeur:     2.03m
Hauteur:     2.32m

steyr 1500.zip
Archives compressées en format ZIP 5.2 MB

MARDER III -Sd.Kfz.138, Panzerjäger 38(t) mit 7.5cm PaK40/3 Ausf. M.

Le Marder III est un type de chasseur de chars allemand de la Seconde Guerre mondiale construit sur le châssis du Panzer 38(t). Il fut en production de 1942 à 1944 et servit sur tous les fronts jusqu’à la fin de la guerre.
La dernière version du Marder III était basée sur le Panzer 38(t) Ausf. M (Ausf. M signifiant Mittelmotor (moteur central)), armé comme la précédente du canon anti-char PaK 40 de 75 mm. Dans cette variante, le compartiment du canon et les postes de combat étaient logés à l’arrière du châssis. Contrairement aux deux autres versions, ce compartiment était fermé sur l’arrière, bien qu’il ne disposât pas de toit. Il ne pouvait emporter que 27 obus. Il ne portait pas de mitrailleuse sur la coque mais l’équipage disposait en revanche d’une mitrailleuse MG 34 ou MG 42.
Le Ausf. M fut la version produite en plus grand nombre, environ 975 exemplaires étant produits en 1943 et début 1944. Son appellation complète était le Sd.Kfz.138, Panzerjäger 38(t) mit 7.5cm PaK40/3 Ausf. M.

Constructeur : B.M.M (Böhmisch-Mährische Maschinenfabrik)
Type : Automoteur chasseur de chars
Equipage : 4 hommes
Armement : 1 canon 7,62 cm Pak 36(r) L51.5 (30 coups) - 1 canon 7,5 cm PaK 40/3 L/46 (38 coups pour le Ausf.H et 27 coups pour l'Ausf.M) - 1 M.G monté à l'avant (Marder III et Ausf.H) 1 M.G embarqué pour l'Ausf.M (1200 coups)
Blindage : 10 mm minimum - 50 mm maximum (compartiment de combat -avant- sauf Ausf.M à 20 mm)
Poids : Marder.III : 10.67 tonnes - Ausf.H : 10.8 tonnes - Ausf.M : 10.5 tonnes
Pression au sol : 0.61 kg/cm2.
Puissance massique : 14.2 chevaux/tonne.
Moteur : Marder III et Ausf.H : Praga EPA et EPA/2 de 125 chevaux à 2200 tr/mn - Ausf.M : Praga AC à essence de 150 chevaux à 2600 tr/mn
Performances : 42 km/h sur route - autonomie 190 kms sur route - 140 kms en tous terrains - obstacle vertical 0.84 Cm - tranchée 2.08 mètres - pente : ?
Radio : FuG.Spr.d
Temps de service et production : Marder.III : 344 exemplaires d'avril à octobre 1942 plus 19 conversions - Ausf.H : 242 exemplaires produits de novembre 1942 à avril 1943 plus 175 convertions - Ausf.M : 975 exemplaires produits d'avril 1943 à mai 1944.

marder 3a.zip
Archives compressées en format ZIP 12.2 MB